1er août 1960-1er août 2020/60 ans d’indépendance : Hounsa Djidjoho Lucien adresse un message aux Béninois pour la réélection de Talon

HOUNSA Djidjoho Lucien est Inspecteur de l’Enseignement Maternel et de Base à la retraite, leader politique et fils de paysan. Dans un message aux béninois et béninoises ayant pour objet « le Bénin : 1er août 1960- 1er août 2020 ; soixante (60) ans d’indépendance », il parle brièvement de l’après indépendance du Bénin notamment les différents présidents qui ont dirigé le pays.

 

Dans son message, HOUNSA Djidjoho Lucien fait un constat : « quand nous élisons un président avec enthousiasme, quelques mois après, il devient mauvais pour bon nombre de béninois et béninoises qui œuvrent pour son départ du pouvoir. Chose bizarre, les mêmes citoyens et citoyennes le trouvent très bon quand il n’est plus au pouvoir et prônent son retour. Est-ce le virus des années 1960 à 1972 qui continue d’attaquer notre peuple ?  Changeons de mentalité afin que prospère notre nation ». Abordant l’élection présidentielle dans quelques mois, aux Béninois et béninoises, il leur demande : « Soyons très attentifs et mettons dans notre cœur le développement de notre nation dans le choix qu’il vous plaira de faire. Je pense que d’ores et déjà nous n’hésiterons pas un seul instant à reconduire son excellence Athanase Guillaume Patrice TALON afin qu’il poursuive les grands axes de développement amorcés depuis bientôt cinq ans ».

 

L’intégralité du message aux béninoises et aux béninois de Hounsa Djidjoho Lucien

 

« CHERS CITOYENS ET CITOYENNES,

Dans  quelques mois, nous irons aux urnes pour choisir notre président de la république. Il s’agit de la septième élection présidentielle à l’ère du renouveau démocratique. Du 19 février au 28 février 1990, notre pays le Bénin a changé son histoire. Du régime marxiste-léniniste, nous sommes passés à un régime démocratique sans effusion de sang. Cela montre combien de fois le peuple béninois est ingénieux et plein d’initiatives. Notre pays le Bénin est un exemple pour tous les autres pays d’Afrique et du monde entier.

Il nous plait de rafraichir la mémoire des béninois et béninoises en rappelant quelques traits de l’histoire politique du pays. Notre pays, appelé Dahomey a accédé à la souveraineté nationale le 1er août 1960 et les élections démocratiques ont permis au feu Hubert Koutoukou MAGA de gouverner le Dahomey pendant trois ans (1960 -1963).  Dans l’intervalle de douze ans (1960-1972), le Dahomey a connu près de onze (11) présidents de la république. Nous pouvons retenir des noms tels que :Sourou Migan APITHY, Tairou CONGACOU, Le général Christophe SOGLO, le colonel Alphonse ALLEY, le docteur Basile Adjou MOUMOUNI, Emile Derlin ZINSOU, le lieutenant Paul Emile de-SOUZA, Hubert  Koutoukou MAGA, Justin AHOMADEGBE. Il faut noter  qu’en 1970, les militaires ont décidé de quitter le pouvoir, ils confient ainsi la gouvernance à un monstre à trois têtes : la formule retenue est de confier la gestion de la présidence du Dahomey aux trois anciens hommes politiques de l’époque, il s’agit de Hubert Koutoukou MAGA, Sourou Migan APITHY, Justin AHOMADEGBE ; et chacun doit gouverner en qualité de président de la république du Dahomey pour une période de deux(2) ans. En 1972, l’armée avec le Chef de bataillon Mathieu KEREKOU balaya ce triumvirat.

C’est le début du deuxième temps politique fort du pays : de la période militaro- marxiste de cette prise de pouvoir à la conférence des forces vives de la nation en 1990.

Les grandes décisions issues de la conférence des forces vives de la nation ont permis au Bénin à travers la loi N° 90 -32  du 11 décembre 1990 portant constitution de la  République du Bénin d’instituer un régime démocratique dans lequel, le président de la république est élu dans les urnes pour un mandat de cinq ans, renouvelable une seule fois. Du 28 février 1990 au 4 avril 1991, selon les décisions de la conférence, une transition de un (1)  an fut autorisée et  Mattieu  KEREKOU continue la gestion du pays en qualité de président de la république avec monsieur Nicéphore SOGLO  désigné à la conférence  nationale comme son premier ministre.

De 1991 à ce jour, nous avons comme président de la république du Bénin les personnalités ci-après :

Nicéphore SOGLO (1991-1996), Mathieu KEREKOU (1996-2001), Mathieu KEREKOU (2001-2006), YAYI Boni (2006-2011), YAYI Boni (2011-2016), Patrice Guillaume Athanase TALON au pouvoir depuis le 6 avril 2016. De manière succincte, le Bénin a connu quatre présidents de 1990 à ce jour. Nous avons respecté rigoureusement la constitution du pays qui a prévu dans son article 42,  la durée du mandat présidentiel à cinq ans renouvelable une seule fois.

Malgré nos divergences, on choisit toujours de manière pacifique notre président de la république. C’est élogieux et cela  prouve combien de fois le Bénin est un pays pacifique.

Chers citoyens et citoyennes, nous avons l’obligation de dire un merci à tous les présidents de notre république  depuis 1960, année de l’indépendance à ce jour.  Nous pouvons affirmer  sans risque de nous tromper que le Dahomey était un pays d’instabilité politique pendant les premières années de l’indépendance. Ces faits n’ont-ils pas retardé, voire bloqué le développement de la nation dahoméenne ?

Chers béninois et béninoises, chacun doit faire une introspection pour situer les raisons qui freinent le développement de notre pays car nous avons toujours accusé nos dirigeants quand ils sont au pouvoir. Pensez-vous que c’est le président seul qui développe un pays ? La réponse est non. Tout développement passe par une prise de conscience de chaque citoyen et de chaque citoyenne qui a  le devoir d’assumer sans faille la mission que la nation lui aurait confiée. Un chef d’Etat est un leader qui nous donne suivant la constitution du pays le chemin à suivre pour les réalisations des actions de développement. Quand nous élisons un président avec enthousiasme, quelques mois après, il devient mauvais pour bon nombre de béninois et béninoises qui œuvrent pour son départ du pouvoir. Chose bizarre, les mêmes citoyens et citoyennes le trouvent très bon quand il n’est plus au pouvoir et prônent son retour. Est-ce le virus des années 1960 à 1972 qui continue d’attaquer notre peuple ?  Changeons de mentalité afin que prospère notre nation.

Un bon président a l’obligation d’avoir un regard de contrôle sur tout ce qui se passe autour de lui. Il doit coordonner toutes les actions de son gouvernement et veiller à la gestion optimale  des ressources de chaque département ministériel, rendre fonctionnelles  les institutions prévues par la constitution, empêcher la corruption et  lutter contre l’impunité.

Je pense bien que nous devons prendre à cœur le développement de ce pays et consentir tous les sacrifices pour y parvenir.

 

Mes chers citoyens et citoyennes,  dans quelques mois, nous irons aux élections pour choisir un président qui conduira encore les destinées du pays pour un mandat de cinq ans.  Soyons très attentifs et mettons dans notre cœur le développement de notre nation dans le choix qu’il vous plaira de faire. Je pense que d’ores et déjà nous n’hésiterons pas un seul instant à reconduire son excellence Athanase Guillaume Patrice TALON afin qu’il poursuive les grands axes de développement amorcés depuis bientôt cinq ans. Nous avions l’obligation de lui accorder un second mandat pour montrer que nous sommes attachés réellement au développement de la nation béninoise. Nous prions  le Président de la république de renoncer à son projet de mandat unique  pour continuer son programme d’Actions du Gouvernement qui ne cesse de révéler notre beau pays le Bénin non seulement dans la sous-région mais dans le monde entier.

Chers tous, nous n’avons que ce pays en commun, nous avons intérêt à travailler ensemble pour son développement. Taisons les querelles de personnes et voyons le Bénin en face.  Il me plait de faire confiance à tous les béninois et béninoises pour un bénin bien gouverné.

Lisez et faites large diffusion.

Fait à Djèrègbé, le 1er août 2020

Votre serviteur,

HOUNSA Djidjoho Lucien

Inspecteur de l’Enseignement Maternel et de Base à la retraite,

Leader politique

Fils du paysan ».

Source : Les 4 VERITES

Laisser un commentaire

Au quotidien

août 2020
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives