3 policiers jugés dans un dossier de cybercriminalité

Trois policiers dont deux ex commissaires de police ont comparu à nouveau ce lundi 6 février 2023 à la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (CRIET) dans un dossier de cybercriminalité.

L’ex commissaire de l’arrondissement d’Agblangandan à Sèmè-Podji ; l’ancien commissaire du 12e arrondissement de Cotonou et un policier précédemment en service au commissariat d’Ekpè, commune de Sèmè-Podji ; un avocat et une dame étaient en audience, lundi 06 février 2023, avec deux autres personnes dont une dame, à la Cour de Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (CRIET).

Les cinq prévenus sont poursuivis pour « escroquerie via internet, abus de fonction, escroquerie, complicité d’abus de fonction et complicité d’escroquerie via internet ».

A l’audience, le parquet spécial de la CRIET a requis cinq ans de prison ferme et le paiement d’une amende d’un million (1 000 000) francs CFA chacun contre les deux anciens commissaires.

Le ministère public a requis cinq ans de prison et une amende de cinq cent mille (500.000) francs contre le troisième, a rapporté Librexpress.

Contre l’avocat, il a été requis cinq ans de prison dont deux ans avec sursis.

En ce qui concerne la dame poursuivie dans le même dossier, le ministère public demande à son encontre une peine de 10 ans de prison et à une amende d’un million (1 000 000) francs CFA.

La Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (CRIET) a mis le dossier en délibéré pour le 13 mars 2023.

Les prévenus ont été interpellés en septembre 2022, certains ont été placés sous mandat de dépôt et d’autres sous convocation.

Selon les faits, les prévenus ont mis en place un dispositif pour appréhender les cybercriminels. Et sous menace de faire transférer le dossier à la CRIET, soutirent de l’argent aux cybercriminels présumés. Le sommes exigées se situent entre un à deux millions FCFA.

A l’éclatement de l’affaire, les commissaires de police ont été limogés de leur poste.

M. M.

Source : 24 Heures au Bénin

Laisser un commentaire