3e Congrès régional des experts-comptables de l’Uemoa: Les enjeux de la digitalisation pour les professions libérales au menu

Sur le thème « Les enjeux de la digitalisation pour les professions libérales », se tiendra du 24 au 25 octobre prochain à l’Espace Dream Beach à Cotonou, le troisième Congrès régional des experts-comptables de l’Uemoa. Les objectifs et le programme de cette rencontre internationale ont été présentés, vendredi 11 octobre dernier, à Cotonou, à la faveur d’une conférence de presse par le comité d’organisation.

Saisir les opportunités qu’offre la transformation digitale pour se réinventer et augmenter le niveau des services offerts par les professions libérales en général et par l’expertise comptable en particulier. C’est tout l’intérêt du troisième Congrès régional des experts-comptables de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) qu’organise l’Ordre des experts-comptables et comptables agréés du Bénin (Oecca-Bénin) en collaboration avec les autres ordres d’experts-comptables de l’Union. Les activités prévues et les sujets à débattre au cours du congrès ont été présentés aux hommes des médias, au cours de la conférence de presse tenue, vendredi dernier à Cotonou, en présence du représentant résident de la Commission de l’Uemoa au Bénin, Komlan Agbo.

Placée sous le parrainage du ministre de l’Economie et des Finances du Bénin, président en exercice du Conseil des ministres de l’Uemoa, cette rencontre internationale d’échanges aura lieu, les 24 et 25 octobre à Cotonou, sur le thème central intitulé « Les enjeux de la digitalisation pour les professions libérales ».

Cette thématique n’est pas choisie au hasard. « Dans les réflexions menées au cours des deux premières éditions du congrès à Abidjan en 2017 et à Dakar en 2018, nous nous sommes interrogés sur ce que nous, experts-comptables, allons devenir face aux profondes mutations de notre environnement si nous ne suivons pas le cours des choses», indique Serge

Armand Codo, premier vice- président de l’Oecca- Bénin et président du comité d’organisation du congrès. Deux défis majeurs: rendre flexibles les interventions et en assurer la célérité, se présentent à la corporation dans un contexte où la digitalisation impose le changement de paradigmes dans tous les domaines et dans les relations avec toutes les parties prenantes, souligne-t-il.

« C’est un thème très contemporain qui colle aux réalités professionnelles d’aujourd’hui», dira Eugène Ezin, président de la commission Communication de l’Oecca- Bénin. Il fait remarquer qu’aujourd’hui, la possibilité s’offre, grâce au numérique, d’automatiser presque 80 % de leurs activités, surtout les tâches répétitives en matière de tenue comptable. « On n’a plus besoin d’attendre dans nos cabinets que le client nous adresse son relevé bancaire pour traiter sa comptabilité par exemple», illustre-t-il. Pour autant, nuance M. Ezin, la pensée, l’analyse, la réflexion comptables resteront et demeureront toujours entre les mains de l’humain. Cela appelle à la maîtrise de l’outil informatique, à l’appropriation des outils actualisés d’analyse, à la veille permanente de l’environnement pour faire en sorte que les compétences ne soient pas en déphasage par rapport à ce qui change fondamentalement dans le milieu professionnel, préconise le président de l’Oecca-

Bénin, Cosme Goundété, président en exercice du Conseil permanent de la profession comptable (Cppc –Uemoa).

A l’en croire, « Le congrès promet une valeur ajoutée substantielle à tous les participants; il les aidera à être à la hauteur des nouveaux défis ». « Et c’est pour cela, enchaîne-t-il, que ce n’est pas seulement le congrès des experts-comptables, mais il s’adresse aussi aux autres professions libérales: avocats, notaires, commissaires-priseurs, architectes, médecins, etc., aux opérateurs économiques, et à toute l’Administration au niveau central comme au niveau décentralisé. »

Trois axes

Selon l’organisation, le congrès de Cotonou se veut « celui de l’acteur économique en général » et se déroulera suivant trois axes déclinés en six conférences-débats et quatre tables rondes. « Les enjeux de la transformation digitale pour la profession du chiffre », « De la théorie à la pratique : Quelles solutions concrètes pour nos cabinets?» et « Transformations digitales: Rôle et action des instances professionnelles», sont les trois thématiques principales autour desquelles se dérouleront les discussions, précise Eugène Ezin.

Trois sous-thèmes seront développés au niveau de l’axe 1 et sont relatifs à l’état des lieux de la transformation digitale des organisations, à la place de l’humain au cœur de la transformation digitale et aux risques et opportunités de la transformation digitale pour la profession libérale.

Au niveau de l’axe 2, les participants seront invités à se pencher sur la transformation digitale dans l’espace Uemoa de façon globale, les grandes étapes de la transformation du cabinet, les outils de la transformation digitale et la relation client, les expériences d’experts-comptables dans différents pays, de dirigeants de cabinets, de praticiens, de consultants, etc.

Le troisième et dernier axe sera développé lors de la deuxième journée des travaux avec des échanges articulés autour des défis des ordres professionnels en matière de transformation numérique de leur métier, l’écosystème nécessaire pour favoriser la transformation digitale de la profession, la vision des présidents et autres élus des ordres professionnels sur la transformation numérique.

Les conférenciers proviennent non seulement des huit pays de l’Uemoa mais également du Maghreb, de l’Afrique centrale et de

l’Europe, notamment de la France, de la Belgique.

Au quotidien

juillet 2020
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Archives