7è édition du Bénin Fighting Championship : Le championnat international de MMA se tient ce samedi

Le centre communautaire Eya sis à Akpakpa a abrité ce jeudi 21 avril 2022 une conférence de presse dans le cadre de la 7ème édition du Bénin Fighting Championship (BFC). En effet, l’événement a lieu ce samedi 23 avril 2022 à partir de 19h. Et pour cette 7è édition, six pays prennent d’assaut le Canal Olympia de Wologuèdè à Cotonou. Il s’agit du Bénin, du Nigéria, du Togo, du Cameroun, du Gabon et de la France, à raison de 22 combattants pour 11 combats professionnels de MMA dans plusieurs catégories, des poids lourds aux poids légers. Une particularité de cette édition, est la présence d’un combat féminin entre la Nigériane Juliet Chukwu et la Française Nora Cornolle, toutes deux pleines de talents dans la cage ; en plus des combats revanches qui s’annoncent palpitants.

D’entrée de jeu à cette conférence, le bureau fondateur du BFC a fait la lumière sur ce sport qui prend de plus en plus d’ampleur en Afrique et à l’international. A en croire le Vice-Président du BFC, les arts martiaux mixtes (MMA) sont un mélange d’arts martiaux. « Taekwondo, karaté, bagarre, boxe, lutte, judo etc, tous ces arts martiaux qui existent dans le monde peuvent être pratiqués lors d’une compétition MMA », a explicité Yoran Fadoul avant d’ajouter que c’est la façon de s’exprimer à travers son propre art martial. Une raison qui explique l’engouement des athlètes et pratiquants d’arts martiaux d’hier à s’intéresser de plus en plus aux MMA. « Dans la sous-région et en Afrique, il y a un engouement de ce sport ; des clubs africains nous rejoignent…ce qui nous permet d’organiser un événement international.

Chaque année, on a de plus en plus de participants et cette fois, ce sera une révélation pour nous en termes d’organisation et de participation », a confié Brice Azar, membre fondateur du BFC et juge du MMA. Il a par l’occasion invité le Bénin tout entier à rester derrière eux pour soutenir cette compétition.

« Une compétition extrêmement encadré et hautement spectaculaire », selon Achille Bokonon, membre fondateur du BFC et arbitre. A l’en croire, ce sport à l’instar des autres, comprend ses règles, aussi strictes qu’elles soient. Concernant les règles, il y a des limites aux types de coups donnés. Il faut comprendre que l’arbitre et le médecin sont les garants de la sécurité et de la santé des combattants. Ainsi, l’arbitre, le juge ou le médecin peut arrêter le combat dans certains cas de figure afin de préserver la santé ou la sécurité du combattant. « Ce sera spectaculaire, ça pourrait même saigner mais nous allons faire en sorte que le fair-play puisse prédominer sur la rage de gagner », a confié Achille avant de conclure en ces termes : « on est là pour gagner certes, mais on n’est pas là pour gagner à tout prix ».

Par ailleurs, le Président Ouanilo Medegan a rassuré que les combattants repartent avec des rémunérations dont le montant reste confidentiel, en plus des bonus à la victoire par KO etc. A noter qu’il a félicité les différents acteurs pour le déplacement de même que les partenaires qui ne cessent d’apporter leur soutien pour la réussite de l’événement. Faut-il le rappeler, le BFC créé depuis 2015 est une association de bénévoles qui œuvre à faire connaitre le ‘‘Mixed Martial Arts” (MMA). Et pour ce samedi, les tickets d’entrée sont à 5.000/20.000/50.000, disponibles en ligne sur bfc.bj/pass et en vente physiquement à Canal Olympia.
Arsène AZIZAHO (Coll)

Source : Fraternité

Laisser un commentaire

Au quotidien

juillet 2022
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives