Affaire supposées exécutions extrajudiciaires: L’Odhp appelle à la libération des détenus

 

Alors que l’affaire relative à de supposées exécutions extrajudiciaires continue d’alimenter les débats, l’Organisation pour la défense des droits de l’homme et des peuples (Odhp) condamne l’incarcération des détenus notamment le gardien de l’école primaire publique de Dowa centre et le Chef du quartier…

 

Dans un communiqué rendu publique, l’Odhp appelle à la libération sans délai du gardien de l’Ecole primaire publique de Dowa Centre et du chef quartier. Faut-il le rappeler, suite à une publication sur de supposées exécutions sommaires dans une école à Porto-Novo, le journaliste et Directeur de l’information de la web radio Crystal news, Virgile Ahouansè avait été convoqué puis placé en garde à vue avant d’être libéré sous convocation, après avoir comparu devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet). « Au lendemain de la publication d’une enquête par la radio en ligne Crystal News le 14 décembre 2022, à propos des exécutions extrajudiciaires à l’EPP Dowa, le gardien de ladite Ecole, Mr Antoine Dansou Koukpo ainsi que le chef quartier Mr Michel Godonou ont été interpelés par le Commissariat du 5ème Arrondissement et gardés à vue à Ouando à Porto-Novo. Ils font partie des personnes ayant témoigné pour le journal. Le chef quartier, compte tenu de son état de santé, a été transféré à l’hôpital départemental de l’Ouémé-Plateau à Porto-Novo. Dans le communiqué de la Cellule de communication de la Direction de la police, le Capitaine Eric Orou Yérima confirme que le gardien de l’Ecole « a été mis sous mandat de dépôt ». On se garde ici de rapporter les jugements de valeur que la police fait pour se justifier et charger le gardien, le chef quartier (qui n’ont bénéficié d’aucune assistance pour leur défense) et sur le journaliste. Le gardien, selon certaines sources, serait gardé en détention à la prison civile de Missérété. Le Directeur général de la police, Soumaïla Yaya présent au point de presse, profèrerait des menaces de nouvelles arrestations. Voudrait-il en rajouter à l’arbitraire ? Il y a eu plusieurs témoins dans ce dossier en dehors du gardien et du Chef quartier. Le communiqué de la police avoue qu’il y a eu effectivement une exécution extrajudiciaire sur deux personnes dans l’école. Le Directeur général de la police voudrait-il aller encore s’en prendre aussi à la pauvre dame qui a parlé ? Notre pays ne doit pas devenir une jungle où la police a droit de vie et de mort sur les citoyens avec la répression et les intimidations pour empêcher ses abus et forfaits. Dès lors, l’ODHP dénonce et condamne vivement le fait par la Criet (Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme) de laisser la Direction de la police se transformer en tribunal dans un dossier où elle est incriminée » dénonce l’organisation. Elle désapprouve, par ailleurs, la détention du gardien de l’école et du chef quartier. « Elle exige la libération sans délai du Gardien Antoine Dansou Koukpo et du Chef Quartier de Dowa ainsi que l’arrêt de toute poursuite judiciaire contre tout témoin, tout enquêteur et tout dénonciateur dans ce dossier. Si tel n’est pas le cas, la Criet se rendrait coupable de soutenir et d’encourager le non-respect des droits de l’homme et du droit à la vie, le non-respect de la liberté de presse et d’information ; elle encouragerait ainsi la violation de la Constitution, de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples ainsi que tous les autres instruments juridiques internationaux auxquels notre pays est partie et dont le respect doit être assuré par toute juridiction » exige l’Odhp.

 

A.B

Source : Matin Libre

About Post Author

Laisser un commentaire

Au quotidien

janvier 2023
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Archives