Afrique : 27 pays se dirigent vers des crises alimentaires liées au COVID-19

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM) collaborent à une analyse unique des pays au bord de ce qui pourrait être la pire crise alimentaire depuis des générations. 27 pays pourraient être fortement impactés dont de nombreuses nations africaines.

Une analyse publiée aujourd’hui par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM) identifie 27 pays qui sont en première ligne de crises alimentaires imminentes imputables au COVID-19, car les effets d’entraînement de la pandémie aggravent la préexistence de facteurs de la faim.

Aucune région du monde n’est à l’abri, de l’Afghanistan au Bangladesh en Asie, à Haïti, au Venezuela et en Amérique centrale, en Irak, au Liban, au Soudan et en Syrie au Moyen-Orient jusqu’au Burkina Faso, Cameroun, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Mozambique, Sierra Leone et le Zimbabwe en Afrique.

L’analyse conjointe de la FAO et du PAM prévient que ces « pays névralgiques » courent un risque élevé de dégradation de la sécurité alimentaire au cours des prochains mois et une augmentation du nombre de personnes poussées vers une faim aiguë.Dans certains cas ces pays le constatent même déjà.

Ces pays étaient déjà aux prises avec des niveaux élevés d’insécurité alimentaire et de faim aiguë avant COVID-19, en raison de chocs et de facteurs de stress préexistants tels que les crises économiques, l’instabilité et l’insécurité, les problèmes climatiques, la sécheresse et les maladies animales, a noté la FAO.

« Maintenant, ils sont en première ligne et portent le poids des effets perturbateurs de la pandémie de la COVID-19 sur les systèmes alimentaires, qui alimentent une crise de la faim dans une crise sanitaire« , a-t-il déclaré, ajoutant : « Nous ne devons pas considérer cela comme un risque qui émergera un peu plus tard. Nous ne pouvons pas traiter cela comme le problème de demain. Nous devons faire plus pour protéger à la fois les systèmes alimentaires et nos populations les plus vulnérables – dès maintenant. »

Quatre façons dont COVID-19 aggrave l’insécurité alimentaire aiguë
La FAO et le PAM affirment qu’il existe quatre principaux moyens par lesquels la COVID-19 pousse les gens à une faim plus importante :
La suppression de l’emploi et des salaires signifie que les gens ont moins d’argent à dépenser pour la nourriture du ménage et que les travailleurs étrangers ne peuvent plus envoyer de fonds à des proches dans les pays en situation d’insécurité alimentaire. Dans le même temps, les prix des denrées alimentaires sont en hausse dans de nombreux pays, ce qui constitue un obstacle à l’accès aux aliments.
Une série de perturbations associées aux contre-mesures pandémiques et sanitaires nécessaires ont également des impacts importants – et croissants – sur la production et l’approvisionnement alimentaires.
La chute des revenus du gouvernement signifie que les filets de sécurité essentiels tels que la protection sociale et les programmes d’alimentation scolaire sont sous-financés et incapables de répondre aux besoins croissants.
Enfin, la pandémie peut contribuer à l’instabilité politique et alimenter les conflits, par exemple entre les communautés au sujet des ressources naturelles comme l’eau ou les pâturages ou les voies de migration, ce qui perturbe davantage la production agricole et les marchés.

Les preuves émergentes des enquêtes en cours de la FAO dans les pays confrontés à des contextes de crise alimentaire étayent l’analyse conjointe d’aujourd’hui, indiquant que la production alimentaire est en train de devenir un défi majeur.

Les agriculteurs interrogés signalent de nombreux problèmes d’accès aux semences, entraînant une réduction des semis. En Haïti, 90% des personnes interrogées s’attendent à une baisse significative de la production céréalière. En Colombie, plus de la moitié des éleveurs interrogés signalent des difficultés d’accès aux aliments, tandis qu’au Soudan du Sud, les deux tiers des personnes interrogées affirment avoir du mal à accéder à un soutien vétérinaire.

Cette dynamique est susceptible d’entraîner un cercle vicieux de baisse de la production, de réduction des possibilités de main-d’œuvre agricole et d’augmentation des prix des denrées alimentaires, entraînant des stratégies d’adaptation négatives et une nouvelle détérioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Anticiper plutôt que réagir

Afin de contrer ces tendances, la FAO a publié aujourd’hui un appel révisé de 428,5 millions de dollars au titre du Plan mondial de réponse humanitaire du système des Nations Unies pour la COVID-19, qui répond aux besoins croissants du secteur de l’alimentation et de l’agriculture, en se concentrant sur l’aide urgente aux moyens de subsistance pour sauvegarder les moyens de subsistance, le maintien des chaînes alimentaires et la garantie que les personnes les plus vulnérables peuvent accéder et produire des aliments vitaux et nutritifs, ainsi que sur la collecte et l’analyse des données pouvant éclairer les interventions.

Selon la FAO, relever les défis nécessite une action urgente renforcée. Les saisons agricoles critiques, les mouvements de bétail pour le pâturage et l’eau, la récolte, la transformation et le stockage des aliments ne sont pas des activités qui peuvent être suspendues.

« Si nous agissons maintenant et à grande échelle, nous pouvons maintenir autant de personnes que possible à produire de la nourriture, sauvegarder leurs moyens de subsistance et réduire leur besoin d’aide alimentaire humanitaire, tout en jetant les bases d’une reprise résiliente« , a déclaré Qu de la FAO, ajoutant : « Il n’est pas trop tard pour éviter la pire crise de la faim depuis des générations. »

Toujours en réponse aux besoins humanitaires croissants dans le secteur de l’alimentation et de l’agriculture, la semaine dernière, le conseil d’administration de la FAO a approuvé la proposition du Directeur général de créer un nouveau Bureau de la résilience et des situations d’urgence qui vise à accroître considérablement la capacité de l’Organisation à répondre rapidement aux crises humanitaires et à épargner. moyens de subsistance pour sauver des vies.
Source : afrik.com

Source : Fraternité

Laisser un commentaire

Au quotidien

septembre 2020
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Archives