Amélioration des conditions des travailleurs: Subitement,  » l’économie à note B+ et perspectives stables » n’est plus un bon indicateur

Quand le gouvernement prétexte de la guerre en Ukraine, la pandémie de la Covid-19 qui sont tous à l’origine de la crise économique mondiale pour repousser sine die la promesse de revalorisation salariale faite aux travailleurs, une question vient à l’esprit. Quand est-il de l’économie à note B+ et perspectives stables ? N’a-t-on pas tout le temps, ou du moins ces deux dernières années, chanté que le Bénin sous la Rupture a une économie prospère, résiliente face aux chocs exogènes ? Ce qui justifierait ces notations d’institutions internationales ? Ça a été, à chaque notation B+ et perspectives stables, le refrain du gouvernement et de ses soutiens. Le Bénin a même été cité pays de bonheur. Mais comment se fait-il que cette économie qu’on magnifie tant et qui résiste aux chocs exogènes, donc à la crise mondiale, ne puisse pas en retour satisfaire les travailleurs, pour qu’on soit aujourd’hui entrain de lier les avantages à eux promis aux aléas que sont la guerre en Ukraine et la crise mondiale ? Alors qu’à côté, quand il s’est agi des salaires politiques des actes ont été pris sans tenir compte de ces aléas. Mais, au moment d’honorer l’engagement pris de revaloriser les salaires des travailleurs, on pose des conditions et  l’économie béninoise, qu’on dit être bien notée (note B+) et résiliente face aux chocs exogènes, se trouve subitement dans l’incertitude.

 

M.M

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire

Au quotidien

juillet 2022
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives