Appuis et financement de la filière ananas : Les SFD et les partenaires Enabel-DID planchent sur le bilan du projet Défia-Ananas




Le label ‘‘Ananas du Bénin » bénéficie toujours d’une attention particulière non seulement des consommateurs mais aussi des Partenaires au développement. Hier, à l’hôtel Des Princes de Bohicon, il a été justement question d’une séance de synthèse des interventions de Desjardins International Développement (DID) dans le cadre de la convention de subsides Enabel-DID. A cet effet, devant les responsables de 6 structures des Services Financiers Décentralisés (SFD) associés au financement de la filière ananas dans le cadre du projet Défia-Ananas, Jean-Xavier Escot, conseiller stratégique en gestion de financement DID-Bénin, est revenu sur le contexte et la justification de l’intervention de son institution dans ladite filière. Ensuite, il a passé en revue les différentes activités menées dans le cadre du projet durant les trois ans d’intervention, les objectifs fixés au départ, les résultats obtenus, les leçons apprises et les points d’amélioration. « La finalité de cet atelier est de rappeler tout ce qui a été déjà fait, de prendre aussi note des leçons apprises. Donc de rappeler que notre intervention a été faite pour le renforcement du système de financement décentralisé afin de mieux financer le secteur de l’ananas, donc de faire correspondre leurs produits aux réels besoins », a-t-il fait savoir.



Aussi, au fil des années d’intervention de sa structure au Bénin, Jean-Xavier Escot a noté deux changements majeurs en ce qui concerne le financement agricole lié à la filière ananas. Selon ses dires, ceux qui faisaient déjà des financements dans la filière ananas, le font à présent plus et ceux des institutions financières qui ne touchaient pas auxdits financements s’y sont mis grâce aux formations et appuis qui leur ont permis de faire confiance à la filière.

De son côté, Moussa Nassirou, en charge des mécanismes de financement et services non financiers du projet Défia-Enabel, a assuré qu’à travers DID, les acteurs de la filière ananas ont été vraiment comblés dans l’atteinte des résultats du projet Défia-Ananas. Cependant, il n’a pas manqué de reconnaitre à l’instar de certains représentants des Sfd, le problème récurrent de l’écoulement à temps de l’ananas puisque c’est un produit périssable dans un délai court. « Les dispositions sont en train d’être prises pour accompagner davantage la partie commercialisation qui n’est pas exclusive à l’ananas. Toutes les filières ont cette maladie », fera-t-il remarquer. Conscient que d’ici la fin du mois de mars, Défia-Ananas arrivera à la fin du contrat avec la DID, il a tenu à rassurer les SFD. « Défia-Ananas n’a pas fini avec vous. Au contraire, c’est maintenant que nous allons nous atteler à faire encore davantage », a-t-il conseillé. Un appel à une nouvelle dynamique dont il attend des actions concertées des producteurs, des transformateurs, des commerçants pour le bonheur des consommateurs.

Source : Fraternité

Laisser un commentaire