Après sa frasque le dimanche des Communales: Sans excuses publiques, Sèdami fonce

Depuis sa légèreté dimanche 17 mai dernier, lors du scrutin des Communales et Municipales, elle a choisi le jour de la célébration de l’Ascension pour se prononcer publiquement. La Coordonnatrice de l’Union progressiste (Up) de la 15e circonscription électorale (les 1er, 2e, 3e, 4e, 5e et 6e arrondissements de Cotonou), dans un post sur sa page Facebook, a exprimé sa gratitude aux militant(e)s qui de par leur confiance, ont confirmé sa chapelle politique <<comme étant la première formation politique>> du Bénin à l’issue des résultats desdites élections…

Seulement, les remerciements de Sèdami Romarique Fagla à l’endroit de ceux-ci, loin des attentes, seront juste accompagnés d’un appel à la culture de la paix. N’aurait-elle pas mieux soigné son image si elle avait profité de cette tribune pour présenter des excuses publiques suite à l’incident avec policiers et militaires qu’elle a traités d’impolis, obèses à l’Epp Adogléta ce dimanche-là ? Alors que plusieurs visiblement s’attendaient à ce qu’elle fasse amende honorable, ce que voudrait d’ailleurs la raison, elle va juste se contenter d’un exercice de routine. <<Tout en remerciant tous ceux qui nous ont soutenus publiquement et discrètement, je voudrais inviter les militantes et les militants de la 15e circonscription à rester fidèle à notre culture de Paix>>, laisse-t-elle lire. Et, c’est à ce niveau que le bât blesse. En effet, le bon sens n’aurait-il pas exigé de Sèdami Fagla qu’elle demande pardon à ces agents de sécurité ? A vrai dire, sur le sujet, elle n’aurait pas inventé la roue.

Dans des cas similaires, des personnalités publiques  comme Aboubacar Yaya, Armand Gansè qui se sont illustrées négativement à travers des propos désobligeants tenus, ont présenté des excuses publiques. Eux pourtant, ce sont des hommes. D’une femme, le peuple attendait donc plus. Mais à l’arrivée, la députée va manquer de doigté. C’est dire, se montrant artisane de paix dans ledit message à ses militants, la jeune Sèdami était censée aller au bout. En réalité, quand on a fini de manquer de tâter le terrain, l’humilité reste la seule issue.

 

M.M

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire

Au quotidien

juillet 2020
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Archives