Assemblée nationale : Les Commissions permanentes peuvent fonctionner sans l’opposition


Louis G. Vlavonou donne quitus aux bureaux tels qu’élus pour agir

La reprise des élections des membres des bureaux des 5 Commissions permanentes de l’Assemblée nationale telle qu’ordonnée par la Cour Constitutionnelle a eu lieu mais sans les députés de la minorité parlementaire qui ont préféré la politique de la chaise vide. En effet, ce sont ceux qui avaient saisi la haute juridiction pour contester la première élection qui a vu la majorité parlementaire rafler tous les postes de présidents et d’autres sauf ceux de secrétaires. Ils ont carrément boycotté la reprise des élections au sein de chaque Commission et pourtant, la Cour Constitutionnelle ne leur a pas donné gain de cause dans la décision qu’elle a rendue par rapport à ce dossier. Ils auraient même essayé de négocier avec leurs collègues de la majorité parlementaire, mais en vain. Par conséquent, tout porte à croire que ces députés de l’opposition, tous membres du groupe parlementaire Les Démocrates ne participeront pas aux travaux en commission qui aux dires du président de l’institution, Louis Gbèhounou Vlavonou, ne souffriront de leur absence.
Selon le président de l’Assemblée nationale, il existe des jurisprudences par rapport à cet état de chose parce que déjà par le passé, des postes sont restés vacants au sein des bureaux de commissions du début jusqu’à la fin de la législature sans pour autant empiéter sur le fonctionnement de l’institution. « …Nous constatons que les postes de secrétaires au niveau des cinq Commissions permanentes sont restés vacants. Ces postes n’ont pas eu de candidature. A l’impossible nul n’est tenu. Cela ne nous amène pas à ne pas faire fonctionner les Commissions permanentes et je pense que nous avons la jurisprudence abondante en la matière. Je m’en souviens encore comme hier. Ça s’est déjà passé à plusieurs législatures où des postes sont restés vacants et ça n’a de empêché les Commissions de fonctionner. Ceci étant, je prends actes des bureaux formés en attendant peut-être que des circonstances nous amènent à pourvoir ses postes au besoin. Alors, je renvoie les Commissions à la plénitude de leur fonctionnement selon les dispositions constitutionnelles qui les regissent pour que le travail commence véritablement… », a dit le président Louis Gbèhounou Vlavonou.

Source : Fraternité

Laisser un commentaire