Bénin : la procréation responsable, socle du développement


“La taille d’une population et sa jeunesse peuvent être un atout, [mais] son augmentation trop rapide est un frein pour son développement [puisque] quand dans un pays, la demande en matière d’éducation, de santé et de l’emploi croît beaucoup trop vite que l’investissement et l’offre dans ces trois domaines, le pays s’appauvrit”. Tels sont les propos du président de la République, Patrice Talon à l’occasion de l’entretien qu’il a accordé au journal “Le Figaro” en marge de sa participation à la Rencontre des entreprises françaises à Paris le mardi 30 août 2022. Ces propos à ne pas banaliser interpellent la conscience collective, surtout lorsqu’ils touchent au socle du développement. D’entrée, la procréation est une forte recommandation divine qui favorise l’expansion de l’homme sur la terre. Genèse 1:28 : « Dieu les bénit, et leur dit : Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre, et assujettissez-là ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre ». En référence à ce passage biblique, l’on comprend aisément le don de la semence, de la raison, de la sagesse, de la justice et de la vertu qu’il s’agit de faire croître et multiplier. Plus loin, l’homme a reçu le pouvoir de dominer les autres espèces animales. Autrement dit, l’homme doit se donner les moyens de créer les conditions pouvant lui permettre de vivre sans se plaindre de quoi que ce soit.

Au plan de la ressource humaine, l’homme constitue une ressource incommensurable pour un développement solide et durable. D’ailleurs, un dicton l’explique clairement : « Si tu veux nourrir un peuple pour un an, sème une graine. Si tu veux nourrir un peuple pour 10 ans, plante un arbre. Mais si tu veux nourrir un peuple pour une éternité, forme un homme ». Autrement dit, il n’y a de richesse que d’hommes. Les peuples riches, les pays riches tirent leur bonheur de la qualité des hommes qui y travaillent. A ce sujet, une chose est de procréer, mais une autre est de prendre soin de la créature, de la polir tel un diamant afin qu’elle prenne de la valeur.

Les propos du Président de la République Patrice Talon sont évocateurs, car l’on constate de jour en jour que les charges par habitant deviennent de plus en plus exorbitantes et il faille prendre des mesures drastiques. Mais lesdites mesures seraient plus intéressantes, si elles plaçaient les géniteurs au cœur de l’éducation des enfants. La situation est telle que, à ce jour, les parents confondent éducation et instruction. L’école apprend à lire, écrire et à compter. Mais un parent éduque sur les valeurs cardinales qui font d’un enfant le père de l’homme, un agent de changement, un modèle de société. Il s’agit entre autres des notions de service désintéressé, de la crainte de Dieu, l’intégrité, l’engagement, de passion, de vision, de mission, de rêve et de discipline. Plus loin, il doit refléter ces valeurs.

Malheureusement, les parents sont en disharmonie avec ces valeurs de vie. Autrement dit, leurs conseils sont en dichotomie avec leurs actes. Et pour mieux les connaitre, il suffit de les observer à travers les actes. C’est d’ailleurs pour cela qu’en Chine, un père qui confie l’éducation de son enfant à la société est fortement puni, sévèrement sanctionné. Mieux, le gouvernement chinois a mis en œuvre des programmes de formation technique à la base. Cela permet à ce pays de bâtir son développement sur le roc, et non sur du sable mouvant. Malgré sa démographie impressionnante, elle montre à la face du monde qu’elle est une puissance économique incontournable. Pareil pour l’Inde dont la courbe va de plus en plus croissante malgré sa démographie. Le Bénin doit s’inspirer de ces deux exemples afin de bâtir son développement sur le roc. Choisir de limiter les naissances revient à vivre, dans les années à venir, la situation des pays européens et américains dont la population est vieillissante. Sinon, la jeunesse africaine en général et celle béninoise en particulier sont des atouts enviables.

Source : Fraternité

Laisser un commentaire