Clôture de l’atelier régional sur les Dssr: Social Watch-Assopil se réjouit des résolutions pertinentes

Démarré depuis le mardi, 25 octobre 2022, l’atelier régional de partage d’expériences et d’actions sur le cadre juridique, règlementaire, normatif et socio-politique protégeant les Droits à la santé sexuelle et reproductive (Dssr) a pris fin ce jeudi, 27 octobre 2022 à Bénin Royal hôtel de Cotonou. De pertinentes recommandations ont été faites à l’issue des travaux de cet atelier, organisé par le Consortium Social Watch Bénin-Association pour la promotion des initiatives locales (Assopil).

 

Mobilisés à Cotonou du 25 au 27 octobre 2022, experts et acteurs intervenant dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive ont harmonisé leurs connaissances et expériences dans l’optique de contribuer à l’amélioration du cadre juridique et institutionnel des Dssr au Bénin et dans la sous-région. A l’issue des travaux, de pertinentes recommandations ont été faites afin de faciliter la jouissance des droits sexuels et reproductifs aux différentes cibles. Selon Dr Somasse Elysée, Manager du programme santé à Enabel, malgré les efforts consentis, d’importants défis restent à relever quant au cadre juridique. Si les débats et analyses ont permis de formuler des recommandations, les participants ont également pris l’engagement d’assurer le suivi de la mise en œuvre desdites recommandations, s’est-il réjoui. Entre autres résolutions, il a évoqué la nécessité de vulgariser les textes et lois adoptés, mettre en place un mécanisme permettant la prise en compte des réalités socio-culturelles dans l’élaboration des lois afin de faciliter l’application desdites lois, renforcer l’éducation sexuelle intégrée, garantir le maintien à l’école des adolescentes victimes de grossesse précoce, renforcer la disponibilité des produits contraceptifs, œuvrer à lever les barrières socio-culturelles à la lutte contre les violences basées sur le genre en encourageant la dénonciation, la relecture du Code de la famille, la prise des décrets d’application de la loi sur l’avortement sécurisé. Très ravie de la qualité des travaux, débats et surtout de la pertinence des recommandations, la présidente de Social Watch, Blanche Sonon a témoigné sa gratitude à tous les participants ainsi qu’aux partenaires techniques et financiers notamment Enabel. Quant à Dr Sogbohossou de Enabel, il a souhaité que les recommandations soient véritablement traduites en actions concrètes afin de maximiser l’impact. Pour Dr Thierry Lawale, représentant le ministre de la santé, le gouvernement continue de faire davantage d’efforts pour garantir une meilleure santé sexuelle et reproductive à tous. Organisé dans le cadre du Projet d’appui au renforcement du cadre normatif, législatif et institutionnel de la santé sexuelle et de la reproduction (PARNoL-SSR), le présent atelier régional bénéficie de l’appui de l’Agence belge de développement (Enabel) à travers le Programme d’appui à la santé sexuelle et reproductive et à l’information sanitaire (P@sris).  A travers cette rencontre, le Consortium a réussi à susciter des réflexions profondes autour du renforcement du cadre juridique pour l’accès aux Dssr.  L’atelier régional s’est donc voulu une occasion de permettre aux parties prenantes d’apprécier les progrès réalisés en matière juridique et institutionnelle  mais aussi d’identifier les défis à relever pour une meilleure protection des Dssr au Bénin et en Afrique subsaharienne. Notons que selon l’Oms, 830 femmes meurent par jour dans le monde des suites des complications liées à la grossesse et à l’accouchement tandis que 214 millions de femmes en âge de procréer ne désirant pas une grossesse, n’ont pas accès à la planification familiale. 25 millions d’avortement sont opérés par des méthodes non sécurisées ou dangereuses dont 77% en Afrique subsa harienne.

Source : Matin Libre

About Post Author

Laisser un commentaire

Au quotidien

décembre 2022
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Archives