Défis environnementaux et socio-économiques: Les travaux de protection de la côte Bénin-Togo amorcés

Le programme WACA dans la dynamique d’une résilience durable des populations côtières

 La protection à long terme de la côte transfrontalière Bénin-Togo amorce sa phase de réalisation physique des travaux. Le lancement conjoint desdits travaux a été effectué, jeudi 03 novembre 2022, au bord de la mer à Aného, au Togo, par les autorités gouvernementales des deux États. C’était en présence du représentant du principal bailleur de fonds qu’est la Banque mondiale, des représentants des entreprises chargées d’exécuter les travaux et des populations bénéficiaires très enthousiastes. 

 

Les travaux de protection de la côte transfrontalière Bénin-Togo s’inscrivent dans le cadre du programme sous-régional <<WACA », West Africa Coastal Areas Program, entendez programme de gestion du littoral ouest-africain. Financé, en effet, par la Banque mondiale ainsi que d’autres partenaires, le programme ambitionne d’être une réponse responsable des gouvernements du Bénin et du Togo, pour la gestion des zones côtières face à l’érosion, la pollution et l’inondation dans la dynamique du renforcement de la résilience des populations pour la réduction de leur vulnérabilité. En clair, WACA ResIP est né pour améliorer durablement la gestion des risques naturelles et anthropiques en intégrant le changement climatique qui affecte les communautés des zones côtières de l’Afrique de l’ouest en général et des deux États, en particulier.

Les composantes des travaux

De la présentation technique des travaux à exécuter par Boskalis International, l’entreprise néerlandaise dont l’expertise a été soulignée, quatre (4) zones d’intervention sont ciblées. Du côté du Togo, il s’agit des zones A et B respectivement Agbodrafo et Aného puis au niveau du Bénin,   Hillacondji et Agouè (zones C et D). En gros, il est prévu des travaux d’épis ou d’enrochement, des aménagements éco-touristiques (piste cyclable et parking) ainsi que la mise en place de digues de sable pour éviter la submersion marine. Le délai d’exécution est de 19 mois, et le budget des travaux est d’environ 42 Milliards de FCfa dont un peu plus d’1 milliard pour la mission de contrôle. Le Maître d’ouvrage est le ministère de l’Environnement et des ressources forestières du Togo et côté Bénin, le ministère du Cadre de vie et du développement durable qui a d’ailleurs le lead.

La phase des discours

Intervenant au nom des populations bénéficiaires des deux pays, le maire Alexis Akérébourou du Togo a relevé le caractère multidimensionnel du projet qui, selon lui, << engage la lutte contre le changement climatique et la protection de l’environnement par la mise en terre de plusieurs plantes palétuviers et aussi de mangroves afin de participer à la création de zones renouvelées en carbone>>. Et d’ajouter : << ce projet participe à la création d’activités génératrices de revenus pour les dames parce qu’il comporte plusieurs sous-projets qui ont servi à créer des activités génératrices de revenus pour plusieurs femmes et plusieurs hommes de la commune. Je ne veux pas m’étendre également sur le grand programme d’assainissement lié à l’acquisition de plusieurs engins pour favoriser les travaux de voiries dans plusieurs communes dans les préfectures environnantes >>. Fort de cela, Me Akérébourou a remercié les <<bienfaiteurs>> pour ce << geste de cœur, un geste de bien mais surtout un geste d’amour>>.

Parlant de bienfaiteurs, le représentant de la Banque mondiale au Togo, Fêlix Sissoko s’est réjoui de ce que les travaux d’investissement vont contribuer à réconcilier les communautés avec la mer, pour leur permettre de retrouver la jouissance des ressources que leur apportait la mer, et qui constitue leur principale source de revenus. Au regard des enjeux, M. Sissoko a appelé à << une exécution rapide des travaux >> suivant le calendrier établi. Il a ensuite rassuré les communautés que la Banque mondiale continuera d’œuvrer aux côtés des deux gouvernements pour rapidement finaliser le plan d’action et de réinstallation ainsi que la compensation de toutes les personnes affectées par le projet.

Représentant la partie béninoise, le ministre du Cadre de vie et du développement durable, José Didier Tonato a émis le vœu de voir l’entreprise en charge de l’exécution des travaux et le groupement en charge de la mission de contrôle << qui ont conduit une phase de préparation exemplaire et rigoureuse>>, mériter davantage la confiance des gouvernements des deux États. << Ils savent déjà que nous ne transigerons pas sur la qualité de leurs prestations respectives et surtout sur les délais>>, a-t-il mis en garde. Et de conclure : << Je voudrais remercier les équipes de la Banque mondiale, au Togo, au Bénin et à Washington qui n’ont pas ménagé leurs efforts, leur temps et surtout leur ingéniosité pour accompagner nos équipes nationales dans la recherche des meilleures solutions techniques et surtout de financements afin de rendre effective la mise en place des conditions optimales d’une résilience durable des populations de Grand-Popo et d’Aného vis-à-vis de l’érosion côtière et des inondations. J’étends volontiers cette expression de gratitude à nos partenaires et amis du Fonds pour l’environnement mondial et le Fonds nordique du développement >>.

 

 Le lancement officiel

La cérémonie de lancement officiel des travaux de protection du littoral commun au Bénin et au Togo a été présidée par le premier ministre du Togo, Victoire Tomégah-Dogbé. Aux côtés du ministre béninois en charge du Cadre de vie et du développement durable, José Didier Tonato et d’autres membres du gouvernement togolais dont le ministre de l’Environnement et des ressources forestières, Katari Foli-Bazi ainsi que du représentant de la Banque mondiale au Togo, Félix Sissoko, des équipes de coordination du projet WACA et des responsables de l’entreprise en charge de l’exécution des travaux, elle a procédé au dévoilement de la stèle érigée au bord de la mer à Aného puis à la pose symbolique d’un morceau de roche sur la côte par le biais d’une pelleteuse qu’elle a actionnée pour la circonstance. Ce fut d’ailleurs l’ultime étape de la cérémonie agrémentée par les animations de plusieurs groupes traditionnels de chants et danses.

 JB

 Voici les échéances majeures rappelées par le ministre Tonato dans le cadre des travaux :

-Réception provisoire des travaux de protection du segment côtier transfrontalier Bénin Togo en juillet 2023

-Aménagement et stabilisation du site de Gbèkon : sélection d’entreprise en février 2023 pour 6 mois de travaux,

-Le curage mécanique et aménagement du chenal de Gbaga : sélection de l’entreprise et démarrage des travaux en février 2023

Source : Matin Libre

About Post Author

Laisser un commentaire

Au quotidien

décembre 2022
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Archives