Délestage et hausse du prix du carburant : Un sale tmps pour les populations de Cotonou et environs

Les coupures intempestives d’électricité depuis quelques mois continuent d’être un lourd fardeau pour les populations notamment celles de Cotonou et environs. Par-dessus tout, la flambée du prix du carburant en l’occurrence celui de l’essence de la contrebande depuis ces dernières 72 heures semble un véritable os dans la gorge des populations.


Les habitants de la grande ville du Bénin et ceux des environs ne savent plus à quel saint se vouer. Leurs grincements de dents deviennent de plus en plus patents. Il n’est plus un secret que dans des ateliers et des magasins, artisans et commerçants, sans cesse, se plaignent des activités qui tombent en décadence à cause des coupures du courant électrique qui deviennent de plus en plus fréquentes depuis un bon moment. Ce délestage qui n’est pas encore prêt à trouver un dénouement impose aux ménages de passer des nuits entières dans l’obscurité totale sous la chaleur intense qui ne manque pas non plus l’occasion de lancer un diktat. Et ceci, malgré les nouvelles réformes entreprises par le pouvoir en place pour disposer à suffisance une autonomie énergétique au grand bonheur des populations. A ce sujet, Wilfried Léandre Houngbédji, secrétaire général adjoint du gouvernement et porte-parole du gouvernement, en se prêtant aux questions des professionnels des médias sur les désagréments que causent les coupures intempestives du courant électrique aux populations, a juste fait observer les limites du Bénin en fourniture de l’énergie électrique propre et les interruptions subies s’agissant de l’énergie importée des pays voisins. « Le Bénin dispose de 60% de l’énergie propre. Les 40% restants doivent être importés du Nigéria, du Ghana et de la Côte d’Ivoire par exemple. Mais la dernière fois, l’effacement simultané des réseaux du Ghana et du Nigéria a été observé. Il faut aussi reconnaître que la demande est de plus en plus forte et le champ de couverture aussi s’élargit », a-t-il fait remarquer. Mais ce qui devient plus inquiétant, c’est qu’en ces derniers jours, la situation de délestage dans certaines localités du pays comme dans la commune d’Abomey-Calavi prend de l’ampleur.

La flambée du prix de carburant, un autre lourd fardeau

Comme un pavé jeté dans la marre, à peine les populations essayent de supporter stoïquement la situation relative aux coupures intempestives de l’électricité que la flambée des prix du carburant est intervenue comme un autre lourd fardeau. En moins de 24 heures, le prix d’essence de la contrebande, forte source d’approvisionnement de la masse, est passé de 450 F CFA à 750 F CFA et celui des stations-services reste fixé à 650 F CFA. Aussi, faut-il le souligner, la hausse du prix du carburant notamment celui de la contrebande est intervenue au lendemain de l’investiture de Bola Ahmed Tinubu, nouveau président de la République fédérale du Nigéria. A cette occasion, le 29 mai dernier, il a annoncé la suspension de la subvention de l’essence de la contrebande. C’est ce qui sans doute a causé la montée drastique du prix du liquide précieux au Bénin. Les longues files d’attentes observées depuis 72 heures au niveau des stations est une preuve irréfutable. Ce qui préoccupe les populations est le retour à la normale de la situation. Cette forme pour les populations de continuer toujours à « serrer les ceintures » devient très dure dans un contexte où la morosité économique reste ambiante.

Fidégnon HOUEDOHOUN

Source : Fraternité

Laisser un commentaire