Des progrès notés dans la mise en œuvre du règlement semencier régional harmonisé

Du 08 au 10 juin 2022, le CORAF (Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles) a organisé à l’hôtel Golden Tulip de Cotonou, au Bénin, la 7e réunion statutaire du Comité régional des semences et plants d’Afrique de l’ouest (CRSPAO). Les acteurs semenciers de 17 pays ont noté des progrès dans la mise en œuvre de la réglementation régionale harmonisée sur les semences. Des recommandations ont été faites au terme des travaux.

Une cinquantaine de participants venus de 17 Etats membres de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), de l’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine) et du CILSS (Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel) ont examiné l’état d’avancement de la mise en œuvre des conclusions et recommandations de la 6e réunion du CRSPAO tenue à Conakry en juin 2021. Selon le communiqué final lu par le rapporteur Adou Yao Angelo Kramogo, il ressort de cet examen, « une amélioration de la mise en œuvre des règlements harmonisés » comparativement à l’année 2021. Au niveau des recommandations, poursuit-il, sur 17 recommandations 9 ont été entièrement exécutées par le CORAF, 6 en cours d’exécution et 2 en attente. Lors des travaux, les représentants des comités nationaux des semences des Etats membres et les principaux acteurs régionaux privés et publics du secteur semencier ont abordé plusieurs questions importantes.

Au titre des sujets de discussion, il y a le recrutement des inspecteurs et contrôleurs des semences par les entreprises privées ; l’existence de plusieurs éditions de catalogue créant des confusions ou des contraintes au niveau de l’utilisateur par rapport à l’enregistrement ou non de certaines variétés. A cela s’ajoutent, la méconnaissance des textes régionaux par certains acteurs de la chaîne de valeur semencière ; les contraintes liées à l’importation et l’exportation des semences dans la sous-région malgré l’existence des règlements harmonisés et la nécessité de renforcer la synergie entre les trois règlements à savoir : les règlements liés aux semences, aux engrais et aux pesticides Pour les participants, il faut également mettre en place des stratégies pour relever le taux de contribution du système semencier formel afin d’inverser la tendance ( actuellement entre 10 et 20 % pour le système formel et plus de 80 % pour le système informel). Des discussions approfondies ont été aussi menées sur la mobilisation du secteur public et l’engagement du secteur privé pour la mise en œuvre du plan d’action du Comité régional des semences et plants d’Afrique de l’ouest.

Plusieurs recommandations issues de la 7e réunion

Les échanges au cours des travaux de la 7e réunion du CRSPAO ont abouti à la formulation de plusieurs recommandations. Il s’agit entre autres de travailler à fusionner et à diffuser désormais un seul catalogue d’espèces et de variétés végétales ; d’intensifier la sensibilisation et la vulgarisation des textes relatifs au secteur des semences ; aider les pays à la traine dans l’harmonisation des textes régionaux sur les semences ; appuyer les structures de recherches dans la production des semences de première génération ; essayer de mettre en place des stocks de sécurité des semences dans les régions ; mobiliser plus le privé dans le secteur des semences et enfin soumettre le projet de manuel régional de procédures harmonisées pour l’importation et l’exportation de semences en Afrique de l’Ouest et au Sahel à une cellule juridique pour la revue finale avant son adoption à une session extraordinaire.

« Il ne fait aucun doute que les objectifs fixés pour cette 7e session du Comité régional des semences et plants d’Afrique de l’ouest (CRSPAO) ont été atteints », a déclaré le directeur général de l’Institut National des Recherches Agricoles du Bénin Adolphe Adjanohoun, représentant le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP) à la cérémonie de clôture de la session.

Au nom du ministre, il a présenté à tous les participants ses sincères félicitations pour les échanges fructueux et le partage d’expériences qui ont prévalu au cours de la réunion. « Vous conviendrez avec moi que beaucoup reste encore à faire ; ce qui d’ailleurs justifie les recommandations que vous avez formulées au cours de la présente session », a-t-il affirmé.

Il est donc nécessaire, conclut Adolphe Adjanohoun, « que chaque Etat membre, avec l’implication des acteurs du secteur privé, accélère le processus de mise en œuvre effective des réglementations régionales harmonisées sur les semences pour que l’utilisation des semences certifiées s’accroisse avec pour corollaire l’accroissement des revenus de tous ceux qui s’investissent dans la chaîne des valeurs des semences et plus globalement l’accroissement de la productivité agricole en Afrique de l’Ouest et au Sahel ».

CEDEAO, UEMOA, et CILSS renouvellent leur engagement

Les participants de la 7e réunion du CRSPAO ont visité Songhaï, le centre de formation et de production agricole. Selon Luisa Maria Kalmongo née Dias Gomes, représentante des trois organisations (CEDEAO, UEMOA, et CILSS), le centre Songhaï est très riche en innovations.

Le CORAF est chargé depuis plusieurs années de faciliter et de coordonner la mise en œuvre de la réglementation régionale harmonisée des semences et plants dans les États membres. Luisa Maria Kalmongo a félicité le CORAF pour la qualité de la coordination de cette démarche commune en Afrique de l’Ouest qui est un cas d’école pour d’autres organisations régionales. Elle a renouvelé l’engagement des trois organisations (CEDEAO, UEMOA, et CILSS) à poursuivre cette dynamique conjointe. Au nom des organisations, Luisa Maria Kalmongo a remercié tous les partenaires techniques et financiers pour leur accompagnement dans la mise en œuvre de ce projet régional.

Akpédjé Ayosso

Source : 24 Heures au Bénin

Laisser un commentaire

Au quotidien

juillet 2022
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives