Des repas chauds servis dès le 1er jour des classes

Au, Bénin, les cantines scolaires ont à nouveau ouvert leurs portes pour les enfants ce 20 septembre 2021, jour de la rentée des classes. Pour constater l’effectivité des premiers repas servis dans les écoles primaires publiques bénéficiaires du Programme national d’alimentation scolaire intégré (Pnasi), le Directeur adjoint au Programme alimentaire mondial (Pam-Bénin) Guillaume Amuli a visité les écoles primaires publiques de Tokoli (Tori Bossito), Gbétozo et Hinmadou (Kpomassè).

Quand la délégation conduite par le Directeur adjoint du Pam-Bénin Guillaume Amuli descendit à l’école primaire publique de Tokoli (Tori Bossito) lundi matin, le groupe des femmes cuisinières de la cantine scolaire avait toute son attention concentrée sur le premier repas de la rentrée.

A la cuisine où s’affairent une équipe de trois femmes, il n’y a aucun doute. Les enfants auront leurs premiers repas à midi. Le menu du jour se dessinait en vie réelle au fond des grosses marmites soumises au feu de bois. « Les enfants mangeront ce midi du riz arrosé à la sauce graine et du fromage de soja », confie une cuisinière occupée à frire le fromage de soja communément appelé « amon ». De l’autre côté de la cuisine, une autre équipe prépare le dessert.

Pour leur premier repas de l’année scolaire, des tranches d’ananas accompagneront le repas des apprenants.

Dans cette école de 247 élèves présents au premier jour de la rentrée, on peut lire un certain sentiment de réussite dans les yeux du directeur Martin Magbondé. Le sentiment d’avoir réussi à offrir aux écoliers leur repas au premier jour de la rentrée. Une satisfaction qui couronne la préparation faite ensemble avec la communauté de Tokoli pour que la cantine s’ouvre effectivement au premier jour des classes. « C’est un travail qui a été fait depuis la fin de l’année scolaire précédente », explique le directeur de l’école, qui témoigne de l’engagement de la communauté dans la vie de la cantine même pendant les vacances. Ce qui a permis de préparer la reprise des activités de la cantine sans flottement.

« C’est grâce au chef de village, l’association des parents d’élèves, au comité de gestion de la cantine scolaire, et au comité de gestion du jardin scolaire que nous avons pu avoir ce résultat », témoigne le responsable de l’établissement.
« Vous avez fait de la cantine, un programme communautaire », félicite Guillaume Amuli qui se dit « impressionné pour l’apport que la communauté apporte au fonctionnement des cantines scolaires » mais aussi pour « l’engagement des autorités locales pour que le programme national de l’alimentation scolaire soit un succès »

A Tokoli, les autorités locales ont exprimé leur engagement à soutenir le fonctionnement des cantines scolaires dans la commune de Tori Bossito. Selon le premier adjoint au maire, le conseil communal envisage une ligne budgétaire pour prendre en charge la souscription forfaitaire des enfants destinée aux petites dépenses de fonctionnement des cantines. Cet engagement dénote de la prise de conscience du conseil communal de son rôle pour assurer le maintien des enfants à l’école toute l’année grâce aux cantines scolaires. « La réussite du programme nécessite la contribution de tout le monde », a rappelé le Directeur adjoint du Pam aux parents d’élèves pour leur signifier qu’ils doivent rester disponibles pour l’école et la cantine scolaire tout au long de l’année.

A Kpomassè, le constat est le même. Les enfants ont repris les classes en renouant avec les repas scolaires.

A l’école primaire publique de Gbétozo, la délégation du Pam a assisté à la prise de repas.

Henriette Kindoho, la responsable des quatre femmes cuisinières de l’école a su guider son équipe pour l’effectivité du premier repas. Mieux, elle a mis l’accent sur le contexte Covid. « A la cuisine, nous lavons régulièrement nos mains et chaque cuisinière à son masque pendant les activités. Même pendant la distribution des repas, chaque cuisinière à son masque », souligne Henriette Kindoho pour rappeler les mesures d’hygiène qu’elles s’imposent dans leurs activités à la cuisine.

En tant que mère et cuisinière, elle trouve que « la cantine offre des repas nutritifs aux enfants, vu les produits frais issus du jardin scolaire qui entrent dans la préparation des menus offerts chaque jour ».

A l’Epp Tokoli, Gbétozo ou à Hinmadou, les premiers repas scolaires sont effectifs au premier jour de la rentrée et les enfants ont renoué avec leurs plats.

Cette année, le Pam assistera 3 850 écoles pour nourrir plus de 650 000 élèves. Pour ce premier jour des classes, seules les écoles affectées par des inondations n’ont pu démarrer les activités de leurs cantines. Néanmoins, « leurs rations en termes de vivres sont déjà disponibles dans des endroits où ils sont en sécurité », rassure Guillaume Amuli. Il n’a pas manqué lors de sa visite de rappeler aux parents d’inscrire davantage les filles à l’école et ne pas laisser de côté les enfants handicapés.

Juliette MITONHOUN

Source : 24 Heures au Bénin

Laisser un commentaire

Au quotidien

janvier 2022
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives