DJ Arafat: sa mère Tina Glamour menace ses détracteurs

Dans un entretien de Tina Glamour dévoilé par Opera News CI , Tina Glamour a exprimé la douleur qui l’étreint depuis le décès de son fils Houon Ange Didier. Elle a profité de l’occasion pour répondre à ses détracteurs.

Tina La Merveille ou Tina Glamour, la mère du roi du coupé-décalé, Dj Arafat, a répondu aux rumeurs sur sa relation avec son fils. Pour elle, Arafat était très organisé, de son vivant. « Ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est que les enfants de mon fils soient dans des conditions tranquilles, leur avenir, leur école. La meilleure amie de Michael Jackson était sa mère. Et la meilleure amie de mon fils, et mon fils, c’était moi. Les gens racontent n’importe quoi», a-t-elle expliqué.

Tina Glamour avoue n’avoir jamais caressé aucun de ses enfants dans le sens du poil. « J’ai trois enfants et je n’ai de leçons à recevoir de personne. J’ai souffert seule avec mes enfants, je n’ai vu aucun ivoirien venir faire l’arbitre. Que ce soit ma mère, un parent ou un ami. Vous savez ce que c’est, pendant 10 ans, que d’être dans le même pays que votre enfant sans le voir? », a-t-elle demandé. Puis, elle s’en prend à ses détracteurs: « Des saletés, des gens qui empêchent l’enfant de quelqu’un d’être avec sa maman ! Quand il y a une vérité à dire à mon fils, je la lui dis. Mon fils, jusqu’à aujourd’hui, je ne sais pas de quoi il est mort. Je me pose la question. Vous avez entendu Arafat dire que: «ma maman m’a fait ceci ou cela»? Il a toujours dit: «mes amis sont des traîtres, ils m’ont lâché».

En colère Tina Glamour préfère contre-attaquer: «La première personne qui se mettra dans une vidéo encore pour parler de mon enfant et moi, je lui colle un procès. C’est mon enfant à moi. Quand quelqu’un perd son enfant, on ne l’attaque pas comme on m’a attaquée. J’ai vu des espèces de… de vilaines personnes faire des vidéos sur moi. Quand tu ne respectes pas une femme qui a porté son enfant pendant neuf mois, Dieu ne te respecte pas. Tous ceux qui m’ont insultée auront le courroux du Seigneur».

Aux critiques sur son attitude pendant les obsèques, elle répond: «Aujourd’hui, là où il est, il va dire: «ma maman, tu avais raison!» On m’a traitée de folle. C’est vrai, j’aurai pu être folle, mais je ne suis pas folle. Perdre son enfant, est-ce que vous savez ce que c’est ? Un garçon qui a 33 ans et puis il meurt ? Attendez, laissez-moi tranquille!»

Au quotidien

Archives