Éditorial de Paul Amoussou: La présidentielle comme le 110 m haies

Dis-moi si tu peux réunir le nombre de parrainages requis et je te dirai si tu es présidentiable. De même qu’il faut savoir forger pour être forgeron, pour diagnostiquer des affections oculaires, il faut être médecin et plus encore ophtalmologiste. Et, on ne peut qu’en convenir, pour enseigner le droit constitutionnel, il faut être professeur de droit, spécifiquement de droit public.

Autrement dit, pour exercer une fonction, il faut en avoir les aptitudes, souscrire aux critères qui y donnent accès. Il en est ainsi du journalisme : à défaut d’en avoir le titre fort du diplôme décroché dans une école habilitée, on y accède pour peu qu’on s’y forme soit-il sur le tas et qu’on l’exerce, que l’on soit titulaire d’un diplôme en géographie ou en mathématiques, avec, il est vrai, plus de facilité si l’on tâte (et si l’on a des prérequis) les belles lettres. Facilité et avantage comparatif que ne saurait avoir a priori un aficionado des sciences physiques. Histoire de souligner combien importent les règles qui régissent tout ce que l’on entreprend. … Facilité et avantage comparatif que ne saurait avoir a priori un aficionado des sciences physiques. Histoire de souligner combien importent les règles qui régissent tout ce que l’on entreprend.
Et autant on l’aborde sous le prisme de la compétition qui peut lui être consubstantielle, présente de tout temps dans la vie humaine, depuis la danse des gamètes jusqu’à l’accès à une fonction élective lorsqu’on y prétend, a fortiori s’il s’agit de la fonction présidentielle.
Choisir le président de la République, c’est tout de même choisir l’étoile polaire d’une nation, celui d’entre les citoyens qui se distingue du lot, soit un Béninois qui s’illustre parmi 12 millions autres Béninois ou qui se serait imposé comme tel en convainquant ses compatriotes de ses bons arguments. Il faut des critères pour opérer un tel choix, en l’occurrence, il est question pour la prochaine présidentielle de ‘’parrainage’’, aux termes de la loi électorale. Cette exigence n’est pas une marque de fabrique béninoise, loin s’en faut, car dans la plupart des démocraties établies, le filtre par parrainage s’est imposé et s’avère nécessaire pour faire un premier tamis et donner libre accès aux candidats les plus crédibles, faire place au vrai débat. Ne nous y leurrons pas, la multiplicité de partis sur l’échiquier politique ou la pléthore de candidatures à une élection présidentielle, ne renseigne en rien sur la qualité d’une démocratie. Et de fait, le Bénin en a fait l’expérience, en ouvrant la joute présidentielle aux candidats les plus loufoques sans que le débat politique, la réflexion pour le développement, ne gagne en clarté ni en relief.
Et pour revenir au débat qui agite le microcosme des réseaux sociaux actuellement, à propos de l’élection présidentielle de 2021, il est frappant de noter qu’il intègre la logique des adeptes du statu quo, toujours prompts à remettre en cause toute réforme qui n’est pas de nature à favoriser leurs intérêts propres qu’ils enrobent sous le vocable de ‘’démocratie’’ ou de soi-disant ‘’défense du peuple’’, avec comme argument central qu’il fallait laisser les choses en l’état et que tout ainsi était bien. Mais l’on sait que cela n’est pas vrai, et que trente ans après, l’architecture institutionnelle et celle de la démocratie béninoise sont éprouvées et nécessitent des réaménagements pour être en phase avec les enjeux contemporains et coller à la modernité, synonyme d’avancées qualitatives et de développement. Faut-il les sacrifier, différer les réformes pour faire plaisir à ceux à qui ils ont tendance à déplaire ?
Evidemment, non ! Et partant donc, tous ceux qui ambitionnent de se mettre dans les starting-blocks pour la prochaine élection présidentielle devraient sacrifier à l’obligation d’obtenir les parrainages requis. Et fissa ! Les parrainages sans lesquels la présidentielle, qui doit être appréhendée comme une course de 110 m haies, perdrait de sa substance. Qu’est-ce cette discipline athlétique, sans les haies qui la caractérisent et qu’il faudrait franchir quand on participe à la compétition ?

L’article Éditorial de Paul Amoussou: La présidentielle comme le 110 m haies est apparu en premier sur La Nation Bénin.

Source : La Nation Bénin

Laisser un commentaire

Au quotidien

juillet 2020
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Archives