En visite à la Gdiz: L’Afd et Enabel fascinées par le niveau de professionnalisme de la Sipi-Bénin

La Zone industrielle de Glo-Djigbé (Gdiz) a reçu mardi 15 novembre 2022, la visite des Directeurs généraux de plusieurs partenaires au développement dont l’Agence française de développement (Afd) ou de la Coopération Belge (Enabel) au Bénin. Instant pour l’Agence de Promotion des Investissements et des Exportations (Apiex) et la Société d’investissement et de promotion de l’industrie (Sipi-Bénin) de faire toucher du doigt aux visiteurs et leurs accompagnateurs, toute l’immensité de la transformation industrielle que prône le Bénin, à travers ce projet.

 

Les visites s’enchaînent à la Gdiz. Cette-fois-ci, c’est l’Afd, Enabel et d’autres partenaires au développement qui s’imprègnent de la révolution industrielle au Bénin, mise en place à Glo-Djigbé. Accompagnés de leurs délégations respectives, ils ont, par cette visite, constaté de visu l’important investissement qui est fait sur le site dans un partenariat public privé entre le Group Arise et l’État Béninois à travers la Sipi-Bénin. Dans leurs mots de bienvenue, Laurent Gangbès et Letondji Beheton, respectivement Directeur général de l’Apiex et de la Sipi-Bénin ont remercié les délégations pour le déplacement. En présentant le projet aux visiteurs du jour, le Directeur général de l’Apiex annonce que ce qui s’y passe est une révolution inédite. Autrement dit, il pense même que la zone est victime de son succès. Le disant, il fait entre autres allusion à la quinzaine d’investisseurs en attente, pendant que 36 ont déjà conquis le site. « La Zone sera un vivier d’emplois puisqu’elle comptera 300.000 emplois directs en dix ans », a complété de son côté le Directeur général de la Sipi-Bénin.  Après une visite guidée de l’usine de transformation de cajou et de textile, les visiteurs n’ont pas manqué d’extérioriser leur satisfaction. À entendre le Directeur général de l’Afd, Rémy Rioux, le Bénin s’industrialise et c’est une bonne nouvelle. Les européens ont intérêt à s’approvisionner à l’avenir plus près de chez nous, pour des raisons climatiques, environnementales et puis aussi parce que ça crée de l’emploi. On le voit ici. 300.000 emplois sur la Gdiz, vraiment félicitations à l’Apiex, à la Sipi-Bénin et au gouvernement du pays de s’engager résolument dans l’industrialisation », a-t-il déclaré tout en ne manquant pas de relever que la qualité de l’investissement et de la production sera également un élément de compétitivité au-delà du prix. « Avec des collègues, on  va regarder s’il est possible d’accompagner financièrement ce processus d’industrialisation et d’émergence au Bénin », va-t-il poursuivre. À sa suite, Jean Van Wetter, Directeur général de Enabel a dans son intervention fait savoir qu’ils travaillent déjà depuis cinq ans, sur la noix de cajou au Bénin. En précisant que ce fruit du Bénin est déjà vendu en Belgique, il fait noter que c’est encore mieux de penser à sa transformation au niveau local pour, dit-il, plus de valeur ajoutée. En félicitant toutes les parties impliquées dans cette réalisation, Jean Van Wetter promet discuter avec d’autres grands groupes de son pays, qui pourraient, à l’entendre, s’intéresser à ce vivier économique. « J’espère que le Bénin fera mieux que d’autres pays », a-t-il laissé entendre tout en affirmant qu’il est fasciné par le niveau de professionnalisme de la Sipi-Bénin.

 

J.G

Source : Matin Libre

About Post Author

Laisser un commentaire

Au quotidien

décembre 2022
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Archives