Eric Dossou Gbété, Nutritionniste-Diététicien : « Il ne faut pas jeûner sur une longue période au risque d’attraper l’ulcère gastrique »



Depuis le mercredi 02 mars 2022, la communauté chrétienne du monde entier observe 40 jours de jeûne en prélude à la fête de Pâques. En dehors de ses avantages spirituels, le jeûne a aussi un impact sur la santé. A travers l’interview ci-dessous, Eric Dossou Gbété, Nutritionniste-Diététicien, a expliqué l’importance du jeûne, ses avantages et des inconvénients sur la santé.

Qu’entendez-vous par jeûne, du point de vue sanitaire ?

Le jeûne, c’est l’absence d’apport de nourriture à l’organisme.

Quels sont les différentes formes de jeûne ?

Il y a plusieurs formes de jeûne. Il y a le jeûne complet, c’est-à-dire qu’on n’apporte rien à l’organisme pour une période de 48 à 72 heures ainsi de suite. Mais, il y a aussi le jeûne intermittent où on n’apporte pas de nourriture à l’organisme pendant une durée moyenne de 14 à 16 heures par jour. Il y a plusieurs religions aujourd’hui qui pratiquent le jeûne. Il y a certains qui jeûnent, et le soir ils déjeunent ce qui ressemble donc à un jeûne intermittent.

Parlez-nous des effets bénéfiques du jeûne ?

Une personne qui jeûne améliore son appétit. Une personne qui a un manque d’appétit et qui observe une période de jeûne retrouve l’envie de manger. Le jeûne permet aussi à l’organisme de se reposer, surtout le système digestif. Prenons un petit exemple. Lorsque tu achètes un appareil, que tu n’utilises pas tout le temps, tu augmentes sa durabilité. Le jeûne a le même effet sur notre appareil digestif. Aujourd’hui, nous voyons de plus en plus de gens qui souffrent de diabète, surtout de type 2. Ceci découle du fait de la surexploitation du pancréas qui produit une plus grande quantité d’insuline pour répondre aux besoins de l’organisme. Peut-être parce que cette personne souffre d’une obésité globale ou abdominale. A un moment donné, le pancréas n’arrive donc plus à produire assez d’insuline, car il est fatigué. C’est un exemple parmi tant d’autres. Alors, quand on pratique le jeûne, on met l’organisme au repos. Ça permet à l’organisme de se régénérer. Autre chose, le jeûne permet la détoxification de l’organisme, c’est-à-dire la purification de l’intérieur. Notre corps se débarrasse des déchets produits par les réactions métaboliques au niveau de notre organisme lorsque nous mangeons ou quand on est stressé. Une fois que ces déchets n’existent plus dans notre organisme, alors le système immunitaire est renforcé, ce qui ralentit le vieillissement de la peau. Parce qu’il y a des déchets appelés radicaux libres qui sont là pour attaquer les cellules. Et lorsque ces cellules sont attaquées et détruites, le vieillissement est accéléré. Lorsqu’il y a cette purification de l’organisme, cela permet à l’organisme de retrouver sa force et de ne pas s’user rapidement. Le jeûne intervient également dans le traitement de certaines pathologies comme la pancréatite aigüe, c’est-à-dire l’inflammation du pancréas. On soumet le patient au jeûne afin de réussir le traitement. Alors, lorsque l’organisme ne trouve plus de nutriments, le pancréas est au repos, ce qui permet de mieux traiter l’infection. Le jeûne favorise la perte de poids. Lorsqu’on jeûne, l’organisme puise dans ses réserves de glucides stockés. Une fois cette réserve épuisée, l’organisme utilise les graisses pour fonctionner, ce qui brûle les graisses et favorise la perte de poids.

Quelles sont les contre-indications liées au jeûne ?

Nous devons aussi savoir que le jeûne à des contre-indications. Un diabétique par exemple ne doit pas jeûner, parce que le taux de glycémie au niveau d’un diabétique est instable. S’il mange de manière incorrecte, il peut avoir un taux de glycémie élevé. On parle de l’hyperglycémie. Et quand il ne mange pas et ne respecte pas ses heures d’alimentation, il peut encore se retrouver avec une hypoglycémie qui peut même le conduire à un coma. Ce qui montre qu’un diabétique ne doit pas observer le jeûne pour ne pas entrainer d’autres soucis de santé. Ceci dit, il est important de se savoir en bonne santé avant de pratiquer le jeûne. Il ne faut pas jeûner non plus sur une longue période pour ne pas entrainer des problèmes comme l’ulcère gastrique. Une personne qui jeûne et qui a pour habitude de mâcher un chewing-gum, s’expose à des risques. Car tout ce qu’elle met dans la bouche et mâche, active le système digestif. Lorsque le système digestif est mis en branle, et que rien n’y entre, l’estomac amorce le brassage stomacal, l’intestin aussi. Cela cause des blessures et entraine l’ulcère gastro duodénal.

Les femmes enceintes peuvent-elles aussi jeûner ?

Chez la femme enceinte et les nourrices, ce n’est pas conseillé de jeûner, parce qu’elles ont un double besoin, pour elle et pour l’enfant qu’elle porte. La femme allaitante doit produire du lait maternel pour nourrir son enfant. La dénutrition n’a pas un effet direct sur la production du lait, mais quand ça va perdurer, ça va influer sur la quantité et la qualité du lait.

Un mot pour conclure cet entretien

Pour finir, il faut ajouter que les personnes déjà dénutries, c’est-à-dire, les personnes ayant un IMC (indice de masse corporelle) inférieur à 18,5 ne peuvent plus observer le jeûne, surtout les personnes âgées, car elles ont besoin de s’alimenter pour retrouver leur bon état nutritionnel.

Propos recueillis par Yasmine ALONOMBA (Stag)

Source : Fraternité

Laisser un commentaire

Au quotidien

juillet 2022
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives