Explosion survenue à l’Ecole nationale des officiers de Toffo : Le bilan s’alourdit au niveau des victimes

(Le gouvernement prend des mesures d’urgence)


Le lundi 1er mai dernier, l’explosion d’une soute à munitions dans l’enceinte de l’Ecole normale des officiers de Toffo a occasionné une dizaine de blessés. Tous convoyés vers l’hôpital de référence à savoir le Centre national hospitalier universitaire Hubert Koutoukou Maga de Cotonou, ils sont accueillis en réanimation, où ils ont été pris en charge par le personnel du Service d’aide médicale d’urgence (SAMU). En effet, après environ 4 jours de soins intensifs, 2 soldats sont passés de vie à trépas le vendredi dernier. Et pour éviter le pire, le gouvernement du président Patrice Talon à travers le ministère de la Santé a dû solliciter l’expertise des médecins français. Des recoupements renseignent que le gouvernement a mis les bouchées doubles pour qu’une femme, victime de l’accident poursuive ses soins en France depuis le samedi dernier vu son degré de brûlure.

« Nous restons en union de prières »

Le samedi dernier, la première autorité communale de Toffo, Madame Bibiane Adamazè Soglo a effectué le déplacement pour s’enquérir de la situation des soldats victimes.

« Je suis venue au CNHU-HKM rendre visite aux victimes de l’explosion d’une soute à munitions à l’Ecole des Officiers de Toffo. C’est pour moi un devoir, autorité communale, au nom de la population et du Conseil Communal, de mener une telle démarche. A mon arrivée, j’ai été bien accueillie et mes échanges sur place avec les responsables de l’équipe médicale et les victimes me rassurent de ce que les soins se passent normalement. Je voudrais profiter de l’occasion pour remercier très sincèrement le ministère de la santé et tout le gouvernement pour les actions et dispositions immédiates prises. Vous devez remarquer que le suivi des victimes est rigoureux. Le gouvernement joue sa partition pour sauver les vies humaines. Ça me réjouit énormément. Je suis heureuse aussi d’avoir échangé de vive voix avec des victimes. Nous restons en union de prière ».

Somme toute, suite à ce drame de Toffo qui laisse un bilan que nul ne peut ignorer, il y a lieu de mettre les pendules à l’heure du moins les bouchées doubles pour éviter que cela ne se reproduise. L’Etat-major général doit désormais veiller et ou avoir un œil attentionné sur tous les matériels militaires de surcroît obsolètes. Là, la quiétude lors des différentes manipulations sera assurée et c’est la vie humaine qui sera ainsi préservée.

Mahussé Barnabé AÏSSI (Coll.)

Source : Fraternité

Laisser un commentaire