Exposition ‘’Ton nu hwetchi’’: Emery Baï et Yohan Dieudonné Alley proposent une série de créations

La galerie ‘’Art+Art’’ et Erzuli’Art située à la  rue 28 de la Fontaine au Roi 75011 à Paris, accueille du  12 au 26 avril 2022 une exposition de peintures de Emery Baï. Elle est dédiée au développement personnel.

 

‘’Ton Nu Hwetchi’’ signifie littéralement en langue « fon » du Bénin « Sors, afin de contraindre le soleil à s’éclipser». L’artiste adresse par cette série, une ode à l’épanouissement de l’Homme. Selon la légende du Fâ, chaque Homme dispose d’un double animal qui l’accompagne dans l’accomplissement de son destin. Nié et méprisé, ce dernier restera caché dans les ténèbres de l’Homme, deviendra tristesse rage et frustration, se drapera de vengeance et le détruira lentement. Accepté et chéri, il se révélera tendre et bienveillant, offrant à son maître d’irradier tant de bonheur qu’à le voir, le soleil pâlira de jalousie. Emery Baï puise son inspiration de cette légende pour créer la série Ton Nu Hwetchi. Ses œuvres tentent subtilement une auscultation de l’âme humaine afin d’en révéler notamment le meilleur. Dans ses compositions, les sujets pour la plupart Noirs, sont auréolés. Il fait d’eux des divinités. Une démarche qui tend à déconstruire les figures de représentation du pouvoir dans l’art occidental. C’est un univers onirique et poétique, principalement noir, blanc et doré que l’artiste nous présente. Diplômé de l’école des Beaux-Arts du Bénin, Emery BaÏ se passionne aussi pour la mode, il étudie le stylisme à Bordeaux avant de poursuivre sa recherche plastique aux Beaux-Arts de Montpellier. Artiste pluridisciplinaire, il cherche dans son travail l’impression de vie et l’émotion. Sa pratique exprime un métissage culturel, hymne à la diversité et à l’ouverture. Oscillant entre humour et drame, récit personnel et mémoire collective, elle met en exergue les tensions, les illusions, les fossés entre une vision idéale et la réalité du monde. Klimt, Alma Ta Dema, Pierre et Gilles, kehinde Wiley, François Rousseau, Imane Ayissi sont entre autres des artistes qui inspirent son travail. Ses œuvres mêlent anthropomorphisme et symbolisme sans créer une rupture nette avec le réel. Les décors de ses compositions sont oniriques, la plastique des corps est voluptueuse, les ports sont altiers, les regards fiers et aguichants et l’attitude énigmatique. L’esthétique de son travail combiné à la justesse de ses questionnements offre à voir des œuvres spirituelles, sensuelles et délicates.

TG

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire

Au quotidien

juillet 2022
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives