Gambie : Yahya Jammeh visé par une plainte pour corruption

Le ministère gambien de la Justice a déposé une plainte visant la confiscation d’une propriété du Maryland acquise avec environ 3,5 millions dollars US (environs 20 milliards FCFA) de produits de la corruption par l’ex-Président de la Gambie, Yahya Jammeh, grâce à une confiance créée par son épouse, Zineb Jammeh.

Selon la plainte, Yahya Jammeh aurait frauduleusement obtenu des millions de dollars en détournant des fonds publics et en sollicitant des pots-de-vin d’entreprises cherchant à obtenir des droits de monopole sur divers secteurs de l’économie gambienne. La plainte allègue en outre que Yahya Jammeh a comploté avec les membres de sa famille et ses proches associés pour utiliser une multitude de sociétés écrans et de confiance à l’étranger pour blanchir ses produits de la corruption à travers le monde, notamment en achetant un manoir de plusieurs millions de dollars à Potomac, Maryland. Et les États-Unis cherchent à se désister en déposant une plainte pour confiscation civile.

« Yahya Jammeh est un ancien Président de la Gambie qui aurait pillé des centaines de millions de dollars de son pays et blanchi une partie de ces fonds pour acquérir par corruption des biens immobiliers aux États-Unis », a déclaré le procureur général adjoint par intérim, Brian C. Rabbitt. « Notre action aujourd’hui met en évidence le travail inlassable de la Kleptocracy Initiative de la Division pénale et de leurs partenaires mondiaux chargés de l’application des lois pour protéger l’intégrité du système financier américain et récupérer les gains mal acquis des fonctionnaires corrompus », a-t-il fait savoir.

« L’ancien Président gambien Yahya Jammeh et sa femme pensaient qu’ils pourraient cacher les fonds volés au peuple gambien en achetant un manoir à Potomac, Maryland », a déclaré le procureur américain Robert K. Hur pour le district du Maryland, avant d’ajouter : « Cette action démontre que les États-Unis ne permettront pas aux criminels de profiter de leurs crimes et demanderont justice aux victimes de crimes ici et à l’étranger ».

« La saisie de cette propriété n’est qu’un autre exemple de nos efforts continus pour protéger l’infrastructure financière des États-Unis en refusant un refuge aux kleptocrates étrangers », a indiqué Alysa Erichs, directrice exécutive associée par intérim des Homeland Security Investigations (HSI) des États-Unis, Immigration and Customs Enforcement. « HSI ne tolérera pas que notre pays soit utilisé par des responsables étrangers pour cacher leurs activités de corruption et blanchir leurs produits illicites ».

L’enquête a été menée par le Groupe des produits illicites et de la corruption étrangère de HSI à Miami, avec l’aide du bureau HSI de l’agent spécial chargé de Baltimore et du bureau des attachés HSI à Dakar. HSI a créé ce groupe, en 2003, pour mener des enquêtes sur le blanchiment de capitaux provenant de la corruption et du détournement de fonds publics étrangers. L’objectif de HSI est d’empêcher les gains d’origine étrangère et mal acquis d’entrer dans l’infrastructure financière américaine. Affaire à suivre !
Source : afrik.com

Source : Fraternité

Laisser un commentaire

Au quotidien

septembre 2020
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Archives