Pour son installation, la neuvième législature de l’Assemblée nationale n’a pas dérogé à une disposition du règlement intérieur. Celle de faire présider la plénière d’installation de constitution de l’équipe dirigeante de l’Assemblée nationale, par un bureau d’âge. Et, c’est ce qui a été fait ce dimanche 12 février 2023, lors de cette plénière en question. Si les bureaux d’âge qu’ont connu les mandatures précédentes ont conduit les processus avec astuce et sans grands reproches, ce n’est malheureusement pas le cas pour la neuvième législature. Et pour cause, l’on a observé quant à ce bureau d’âge, beaucoup de faux pas dans la conduite et par ricochet, dans le déroulé des choses. Si l’on a observé des vices de procédure reprochés même par le député de l’opposition Éric Houndété, des faux décomptes et repris, l’omission de noms ont aussi eu droit de cité. En permettant d’applaudir au pupitre des suppléants devenus députés après démission des titulaires, en lisant mal les notes, en faisant des décomptes différents ne concordant pas avec les chiffres, en faisant varier le nombre de votants entre par exemple 108 et 107 sans explication évidente ; c’est que le bureau d’âge de cette mandature et conduit par Barthelemy Cossi Vidjinnagni n’a pas manqué de faillir. Même s’il s’agit d’un premier essai.

 

J.G

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire