Invite au dialogue du Médiateur: A quoi s’attendre cette fois ?

Un autre dialogue politique est en vue. Cette fois, c’est le Médiateur de la République qui invite les partis politiques à Grand-Popo pour recueillir leurs propositions, dans le cadre de la tenue pacifique des élections législatives de janvier 2023.

 

En 2019, la crise politique née des élections législatives non inclusives et leur cortège de violences post-électorales sont à la base de l’invite de la classe politique à un dialogue politique national. D’abord resté insensible à l’idée, quand finalement, le gouvernement de la Rupture a accepté convoquer un dialogue politique, seulement les partis politiques, régulièrement enregistrés à la suite de l’adoption de nouvelles lois qui encadrent le système partisan, sont invités à y prendre part. Pas d’anciens présidents de la République, pas de représentants de la société civile. C’était la première surprise. Ceux qui avaient milité pour un dialogue politique national sont restés sur leur faim. Mais ce sont les recommandations issues de ces assises qualifiées aussi de non « inclusives » qui ont stupéfait plus d’un. En effet, des 18 recommandations qui ont sanctionné les travaux, la révision de la Constitution du 11 décembre 1990 a été actée. Or cette révision faisait partie du programme de gouvernance du candidat Patrice Talon en 2016. Plus d’une fois, elle a échoué avec le Parlement 7e Législature.   Il aura donc fallu que les élections non inclusives de 2019 engendrent un Parlement « monocolore » pour qu’enfin la Constitution soit révisée. Mieux, au lieu que cela vienne uniquement du chef de l’Etat et de sa majorité, c’est sur recommandation du dialogue politique. Autrement dit, ce n’est plus le chef de l’Etat qui a voulu de la révision de la Constitution mais elle a été demandée par les 96 délégués des huit partis politiques qui ont répondu présents à ces assises.

Voilà qu’aujourd’hui, à quelques mois d’une autre élection législative, alors qu’une certaine classe politique continue de réclamer de vraies assises nationales afin que les mêmes causes ne produisent pas les mêmes effets, le Médiateur sort l’idée d’une rencontre avec les partis politiques. Une fois encore, ce sont les partis politiques régulièrement enregistrés suite aux nouvelles lois encadrant la réforme du système partisan qui sont concernés. Quand on sait qu’en 2019, les décisions issues des assises taxées de non inclusives par une partie de l’opposition ont régi la vie politique de tous les Béninois jusqu’à ce jour, on peut se demander ce que mijote encore la Rupture. Quelles importantes décisions seront prises cette fois-ci, au nom desdites assises et jusqu’à quel point elles vont impacter l’action politique de toute une nation ?

M.M

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire

Au quotidien

juillet 2022
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives