La vie reprend son cours normal à Karimama

Le commandant de la garde nationale déployé à Karimama, Malick Ibrahima et l’officier de police républicaine, Cassim A. Assaini travaillent sans relâche pour assurer la sécurité des populations. Ces dernières vaquent normalement à leurs occupations quelques semaines après les attaques terroristes qui les avaient plongé dans la psychose.

Moins de craintes pour les populations de la commune de Karimama, victimes il y a quelques semaines, des attaques de groupes armés. Le commandant de la garde nationale, Malick Ibrahima et l’officier de police républicaine, Cassim A. Assani veillent à la sécurité de tous. Les écoles autrefois fermées ont ouvert leurs portes. Les populations vaquent normalement à leurs différentes occupations. Les marchés s’animent, et les agriculteurs font leur récolte. Cette quiétude retrouvée est à l’actif des forces de défense et de sécurité déployées dans la zone.

Pour parvenir à ce résultat, les patrouilles de sensibilisation et de renseignement ont été intensifiées, a confié l’officier de police dans une interview à la Télévision nationale. « On a rassuré la population par notre présence effective sur le terrain. Les jours de marché, précieusement, nous sécurisons l’aller et le venir de toute la population. Également, nous contrôlons toutes les entrées et sorties dans tout le village », a expliqué Cassin A. Assani.

La mission confiée aux forces de sécurité dans cette région du Bénin est très claire, a fait savoir le commandant des éléments de la garde nationale déployés dans la commune de Karimama. Selon Malick Ibrahima, il s’agit de « donner de l’insomnie » de jour comme de nuit aux groupes armés, et contrôler la zone de Karimama, a-t-il indiqué très confiant de la détermination de ses hommes.

F. A. A.

Source : 24 Heures au Bénin

About Post Author

Laisser un commentaire

Au quotidien

décembre 2022
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Archives