Lancement de “Café Environnement” : Une thérapie de “Terre à Terre” pour l’éducation environnementale

L’espace American Corner situé sur le campus d’Abomey-Calavi a servi de cadre, ce 27 janvier 2022 au lancement de “Café Environnement “. À travers cette initiative, Inès Kuassi Nanga, journaliste spécialiste des questions environnentales se propose d’ameliorer de façon significative, l’éducation environnementale des populations.

Comment engager le plus grand nombre à la protection de l’environnement ? Telle est la préoccupation de Inès Kuassi Nanga. Après le succès de ” Terre à Terre Bénin”, la 1ere entreprise de communication environnementale au Bénin et “Terre à Terre TV”, un Web TV entièrement dédié à l’environnement, la journaliste ferue des questions environnementales se lance un nouveau defi.
“Café Environnement”, comme l’indique son appellation offre l’occasion de débattre des enjeux environnementaux autour d’un petit déjeuner fait de mets locaux. “Opportunités agricoles dans la commune de Klouékanmè”, c’est le thème du tout 1er numéro décrypté par Dieu-donné Gbédjékan, maire de Klouékanmè, Robert Dognon, Chef Cellule communale de l’Agence Territoriale de Développement du Zou-Couffo et Kamal Radji, artiste et entrepreneur agricole. Dans le rôle de modératrice, Inès Kuassi Nanga leur a fait faire l’exercice sous le regard attentif d’un auditoire constitué de producteurs agricoles, d’étudiants, de journalistes… Dans une atmosphère de convivialité, les invités ont débattu du thème et apporté des réponses aux préoccupations du public.
Les changements climatiques, une menace à Klouékanmè
Le ton de la rencontre a été donné par lle Chef Cellule commune de l’ATDA, Zou-Couffo. À l’en croire, Klouékanme est une commune essentiellement agricoles. Les terres cultivables sont disponibles avec une main d’oeuvre qualifiée et organisée. L’orange y est massivement produite, de même que l’ananas, le riz, le maïs, le soja, le coton et les produits maraîchers comme l’oignon, la tomate, le piment… Il s’y développe depuis 2019, la culture de mangues notamment les variétés Kent et Amélie, sous l’impulsion du gouvernement qui veut faire de la mangue, une filière d’exportation à l’horizon 2030. Mais les changements climatiques obligent, l’activité agricole est mise à rudes épreuves à Klouékanmè. En effet malgré sa proximité avec le fleuve Couffo et les milliers d’hectares de maïs emblavées, la commune se trouve aujourd’hui menacée au point où, “la pâte de maïs y coûte plus chère qu’a Cotonou”, fait constater le technicien. Ensemble avec les associations de producteurs, les partenaires techniques, la structure dirigée par Dr Dognon, préconise des solutions qui pour amoindrir l’impact du phénomène. Il s’agit des techniques de lune et demi lune, du paillage, l’usage des matières organiques. Fort de son expérience dans la chaine d’exploitation des produits tropicaux, le maire rassure quant à la disponibilité de son équipe dans la recherche de marchés d’écoulement pour mieux valoriser les producteurs.


Ingride YEBE

Source : Le Journal de NOTRE EPOQUE

Laisser un commentaire

Au quotidien

avril 2022
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Archives