Le FIDA s’allie au secteur privé pour permettre l’inclusion financière dans les zones rurales

Le Fonds international de développement agricole (FIDA), des Nations Unies, a noué deux nouveaux partenariats public-privé afin d’améliorer l’accès des travailleurs migrants aux services leur permettant d’envoyer, de façon plus abordable, plus rapide et plus sûre, l’argent qu’ils ont durement gagné à leur famille. Ces nouveaux partenariats visent à accroître l’accès aux services et produits numériques et financiers dans les zones rurales du Sénégal.

« Les envois de fonds des migrants sont un filin de sécurité pour les populations rurales. Les solutions de transfert d’argent par mobiles offrent à de nombreuses localités sénégalaises mal desservies la possibilité d’avoir pleinement accès aux services financiers », explique Pedro de Vasconcelos, Responsable du Mécanisme de financement pour l’envoi de fonds du FIDA.

Dans le cadre de l’initiative PRIME Africa, cofinancée par l’Union européenne, le FIDA s’est allié à InTouch, une fintech sénégalaise pionnière, présente dans 14 pays et spécialisée dans les solutions de paiements, et Orange Money, un émetteur de monnaie électronique, afin de promouvoir les services de transfert d’argent international par mobile à bas coût dans les zones rurales en déployant un réseau d’agents pérenne dans ces zones encore mal desservies. Ce partenariat cible le corridor entre la France et le Sénégal, qui représente un tiers des transactions de ce type effectuées dans le pays. InTouch s’appuiera sur le réseau d’Orange Finances Mobiles Sénégal (OFMS) et le dispositif d’envois de fonds mis en place par Orange Money en France (OMF).

Dans le cadre du second partenariat, le FIDA s’efforce de renforcer sa collaboration existante avec MFS Africa, l’objectif étant de permettre aux opérateurs de transferts numériques d’envoyer directement de l’argent sur des portefeuilles mobiles. Les partenaires de MFS Africa sont Paysend en Europe et Afrimoney en Gambie. Au Sénégal, c’est Orange Money qui proposera ce service.

Le coût moyen d’un envoi de fonds de la France ou de l’Italie vers le Sénégal est relativement faible : il s’élève à 4% (3e trimestre 2022), soit un niveau proche de la cible de 3% fixée dans l’objectif de développement durable 10 (Réduire les inégalités entre les pays et en leur sein).

« Il est possible de réduire encore davantage les coûts des envois de fonds en tirant parti des solutions numériques intégrées de bout en bout permettant la réception des fonds sur des portefeuilles mobiles », explique Pedro de Vasconcelos. « En effet, au Sénégal, si près de la moitié des adultes ont un porte-monnaie électronique mobile, moins de 5% des envois de fonds entrants passent par ce canal », précise-t-il.

Le Sénégal dépend de longue date des envois de fonds par ses ressortissants à l’étranger. Sur la décennie écoulée, ces envois de fonds représentent environ 10% du PIB. En 2021, ces flux internationaux ont atteint 2,9 milliards d’USD en augmentation de 7% par rapport à l’année 2020 en dépit des contraintes liées à la COVID-19.

« Au Sénégal, dans 124 communautés rurales qui ont un taux élevé de migration et reçoivent un volume important d’appels téléphoniques en provenance de la France, on constate un écart notable entre le nombre de détenteurs d’une carte SIM Orange et le nombre d’utilisateurs de services financiers mobiles Orange Money. Le taux de pénétration de OFMS dans ces zones rurales était de 13% en 2021. L’un des objectifs du projet est de doubler le nombre de portefeuilles électroniques dans ces communautés rurales, grâce aux transferts internationaux », déclare Cheikh Tidiane Sarr, Directeur Général de OFMS, expliquant pourquoi les envois de fonds numériques sont plus abordables, plus rapides et plus sûrs, en particulier pour les personnes vivant dans des zones reculées.

« InTouch doit impérativement améliorer la qualité et la disponibilité de ses agents dans les zones rurales pour se développer et mener à bien sa mission sociale, qui est de favoriser l’inclusion numérique et financière au Sénégal », dit Omar Cissé, PDG de InTouch.

Le projet mené à bien par InTouch sera aussi l’occasion de tester, à titre pilote, un nouveau service de paiement auprès de commerçants dans certaines localités sénégalaises sélectionnées, qui reçoivent essentiellement des envois de fonds en provenance de la France. Environ 300 migrants qui vivent en France pourront envoyer de l’argent et payer directement pour l’achat de marchandises dans des magasins sénégalais pour les membres de leur famille, sans frais supplémentaire. Ce service de paiement facilitera l’inclusion numérique et financière, et contribuera au développement de l’écosystème des paiements numériques dans les zones rurales.

Résultats escomptés :

D’ici à 2024, 6 000 travailleurs migrants sénégalais et membres de la diaspora en France devraient avoir adopté des solutions numériques à bas coût pour envoyer de l’argent à leur famille. De plus, on estime que 9 000 bénéficiaires d’envois de fonds mobiles dans les campagnes sénégalaises utiliseront un porte-monnaie électronique mobile pour recevoir de l’argent et qu’ils pourront compter sur un vaste réseau de 300 agents locaux pour déposer ou retirer de l’argent et de 60 commerçants qui accepteront les paiements en ligne effectués depuis l’étranger.

Le partenariat entre le FIDA et MFS Africa vise à créer des effets de synergie avec le projet mené par InTouch, par l’intermédiaire du partenaire Orange Money au Sénégal. Plus particulièrement, il s’agit de tirer parti du réseau d’agents ruraux développé par InTouch et OFMS pour permettre à ces agents et aux bénéficiaires des zones rurales de recevoir davantage de flux en provenance d’Italie et d’Espagne. Paysend et Afrimoney sont les partenaires d’envoi en Europe et en Gambie respectivement vers des comptes Orange Money au Sénégal. L’intégration de ces différents partenaires est permise par la plateforme de MFS. Au total, 28 000 émetteurs et destinataires de transferts monétaires qui se trouvent dans ces pays bénéficieront de solutions d’envois de fonds numériques et mobiles grâce à l’intégration par MFS de ces opérateurs. MFS Africa testera également un produit d’assurance, qui sera proposé par les opérateurs de transferts monétaires et profitera aux migrants sénégalais en Italie et en Allemagne.

Source : 24 Heures au Bénin

Laisser un commentaire