Législatives 2023/Résultats sortis des urnes: Le désaccord avec la gouvernance Talon clairement exprimé

Hier, dimanche 8 janvier 2023, les Béninois ont voté. Dans le silence, la paix et la quiétude, ils sont allés exprimer leurs suffrages en faveur de ceux qu’ils jugent pouvant les représenter à l’Assemblée nationale, 9e législature. Le scrutin ayant duré 9 h de temps, les premiers résultats, sortis des urnes, ont commencé par tomber à 16h, pour les bureaux de vote qui ont démarré à 7h00. Et pour la première fois, depuis 2016, on a senti le retour de l’ambiance qui prévalait les jours de vote au Bénin. La relative affluence a, tout de même tranché, avec le désert constaté aux bureaux de vote, lors d’élections précédentes. Le mérite est à l’ouverture opérée, cette fois-ci, par l’entrée en lice du parti Les Démocrates, le seul jugé, par nombre de Béninois, de véritable parti d’opposition au régime de Patrice Talon. Et le résultat a reflété cette perception. Après son vote, la députée de l’Union progressiste le Renouveau Sèdami Mèdégan Fagla invitait les populations à sortir massivement pour exprimer dans quel sens ils veulent que le pays soit dirigé, pris en charge. « C’est à travers le vote qu’on exprime sa satisfaction et ses insatisfactions. C’est un pouvoir parce que ça permet aux gouvernants de savoir s’ils sont sur la bonne voie ou s’ils doivent modifier légèrement la trajectoire », a lancé la députée Up-R. et c’est ce que les Béninois ont fait. Ils ont exprimé leurs insatisfactions. Presque partout, le parti d’opposition Les Démocrates est loin devant, en termes de suffrages exprimés en sa faveur.  A la vue de ces résultats provisoires, sortis de manière brute des urnes, il y a peu de communes où le parti d’opposition au régime de Patrice Talon ne règne en maître. Il est suivi, par endroits, soit de l’Up-R, soit du Bloc républicain, les deux partis siamois se réclamant du chef de l’Etat. La première analyse qu’on peut faire de ces chiffres, c’est que les Béninois ont profité de cette première ouverture pour exprimer clairement leur désaccord avec la gouvernance Talon. C’est donc un signal fort envoyé au chantre de la Rupture et du Nouveau départ pour lui signifier que les Béninois, dans leur grande majorité, ne sont pas d’accord de la manière dont le pays est dirigé depuis 2016. C’est un signal pour dire qu’aussi bien les réformes, la construction des routes, le développement… sont importants, il en est de même de la démocratie, l’état de droit et les libertés. Ils ne sont pas contents que des Béninois, d’un bord politique donné, soient contraints à l’exil, emprisonnés. Ils ne sont pas contents que depuis 2016, la libre expression, sans la peur d’être emprisonné, soit érodée, à tel enseigne que plus personne ne veut opiner sur les sujets qui fâchent.  2019, 2020, 2021, les Béninois ont espérer ce moment. C’est finalement en 2023 que l’occasion leur a été donnée. Et ils n’ont pas boudé leur plaisir. Vivement que ce désaccord, clairement exprimé, puisse changer quelque chose dans la manière de gouverner pour que, comme l’a dit Patrice Talon lui-même, le Bénin tourne définitivement les mauvaises pages de sa « récente » histoire politique.

 

M.M

Source : Matin Libre

About Post Author

Laisser un commentaire

Au quotidien

janvier 2023
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Archives