Législatives de 2023 au Bénin: Moele-Bénin craint une répétition du scénario de 2019

En 2019, les partis Moele-Bénin et Prd n’ont pu participer aux élections. La Céna a trouvé que leurs dossiers comportaient des « fautes majeures », contrairement aux partis Union progressiste (Up) et le Bloc républicain (Br) dont les dossiers comportaient des « fautes mineures ». Il était reproché, entre autres, à ces partis de la Mouvance, Moele-Bénin et Prd, des doublons, le fait de mettre par endroits les mêmes candidats sur leurs listes respectives. Avec l’absence de l’opposition, Moele-Bénin et le parti renouveau démocratique (Prd) de Me Adrien Houngbédji écartés, le chemin était tout tracé pour les deux partis siamois nés de la réforme du système partisan et se réclamant de Patrice Talon. Ce qui a donné lieu au parlement monocolore où ne sont représentés que les députés Up et Br. Avec la fusion du Prd à l’Up, ce qui a donné naissance à l’Up-R, Me Adrien Houngbédji n’a plus de raison de craindre la répétition du scénario de 2019. Mais pour Moele-Bénin, ce serait un cauchemar de revivre le même scénario. C’est donc pour prendre à témoin l’opinion publique que le président de Moel-Bénin, Jacques Ayadji, alerte sur les machinations qui entourent la délivrance du certificat de résidence, une pièce maitresse dans la constitution de dossier de candidature, dans certaines mairies.

Qu’en-est-il de l’Opposition ?

Pour le moment, c’est entre partis de la Mouvance que la guerre de participation fait rage, alors même que ces élections sont annoncées les plus ouvertes possibles, afin de mettre fin au parlement monocolore. Et l’un des critères de l’ouverture annoncée, c’est la participation de l’Opposition réelle, incarnée aujourd’hui par le parti Les Démocrates. Voilà qu’à quelques jours de l’ouverture des dépôts de dossiers, un parti de la Mouvance crie à la machination dont le but serait de l’écarter de la course. Si les faits sont avérés, quel pourrait être alors la situation du parti Les Démocrates de l’ancien chef d’Etat Boni Yayi ? Si le bois vert brûle, qu’arrivera-t-il au bois sec ? Est-ce que tout se passe sans anicroche au parti Les Démocrates, en cette période de constitution des dossiers de candidature ? Quels sont les écueils, les pièges mis à dessein ou non sur leur chemin afin de torpiller l’idée d’une élection participative, vœu de tous les Béninois ? Le président Eric Houndété et les siens doivent dire ce qu’il en est. Le plus tôt serait le mieux.

 

B.H

Source : Matin Libre

About Post Author

Laisser un commentaire

Au quotidien

novembre 2022
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Archives