Les nouveaux engagements à l’horizon 2030 explorés

Six mois après la proposition de nouveaux engagements à l’exécutif, les acteurs de la planification familiale se sont retrouvés du 30 mars au 1er avril 2022 à Grand-Popo. Il s’agit d’une part, de déconstruire les nouveaux engagements pris par le Bénin en faveur de la planification familiale (PF) et de l’autre, définir les indicateurs de processus.

L’atelier de Grand-Popo aura été d’un succès total. Les différents intervenants à la cérémonie de clôture n’ont eu cesse de le marteler. Et c’est la Présidente Nationale de l’ABPF, qui a donné le ton en saluant notamment l’assiduité et la ponctualité des participants. C’est la preuve de leur engagement pour la planification familiale, se réjouit Mme Judith Maffon Gbèhinto. Elle remercie l’implication du gouvernement via le ministère de la santé, avant de promettre un bon suivi des engagements PF et surtout un dépassement des indicateurs, « grâce au concours de tous ».

L’Association Béninoise pour la Promotion de la Famille est l’organisation neutre chargée de faire le suivi des engagements PF 2030 avec l’implication de tous les acteurs notamment la société civile. Des engagements dont la traduction en acte est tributaire d’une forte mobilisation des organisations de la société civile. Leur représentant à l’atelier a réitéré le serment de continuer les efforts jusqu’à l’atteinte des résultats escomptés. Et à l’instar de tous les participants, M. Jérôme Chatigre, coordonnateur national des OSC/PF a applaudi l’exécutif pour « la volonté politique manifeste relative notamment à la gratuité de la PF », un combat de longue date des OSC.

Satisfaction partagée par Daoudou Idrissou de l’Unité de coordination du partenariat de Ouagadougou. Ce faisant, le Bénin montre à nouveau le bel exemple à ses yeux. C’est indéniablement l’expression de la bonne volonté du gouvernement à améliorer les conditions de vie des Béninois en général et des femmes en particulier, souligne-t-il avant d’ajouter que l’UCPO reste disponible à accompagner le processus de suivi des engagements.

L’engagement du gouvernement béninois unanimement salué par les participants à l’atelier s’est plus que jamais matérialisé au dernier jour des travaux. Deux émissaires venant respectivement des ministères de la santé et du plan ont représenté l’exécutif. Le premier, le Directeur de la Santé de la Mère et de l’Enfant a réitéré l’engagement de l’Etat pour le suivi des engagements déjà, d’ici à 2026. La priorité du gouvernement, insiste Dr Mabou Ahokpossi, c’est l’accélération de la transition démographique pour la capture du dividende démographique. Ceci, grâce au travail laborieux que toutes les parties prenantes feront pour notamment réduire le taux de mortalité et surtout remonter la prévalence contraceptive. Une noble tâche car l’investissement dans la planification familiale est rentable car permettant de booster le développement, a souligné le représentant du Directeur Général des politiques de développement au ministère du plan. Chiffres à l’appui, Dominique Domenou a entretenu l’assistance sur plusieurs réalités démographiques du Bénin. Ainsi, « selon l’enquête démographique et de santé 2017-2028 réalisée par l’ex INSAE, l’indice synthétique de fécondité s’établit à 5,7. Autrement dit, une femme en âge de procréer au Bénin, a 6 enfants, c’est énorme, les taux les plus élevés de la sous-région. Des études ont montré que lorsque le taux de fécondité est élevé, il y a une forte pression sur la demande sociale qui inhibe les efforts des gouvernements contre la pauvreté, notamment. L’atelier vient donc à point nommé et ses conclusions seront prises en compte et feront davantage objet de politiques de développement, à en croire l’émissaire du ministère du plan. Un engagement qui donne espoir aux participants.

Romain Cokou

Source : 24 Heures au Bénin

Laisser un commentaire

Au quotidien

juillet 2022
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives