Loi portant pension aux anciens députés: La 8e Législature à nouveau dans la controverse

 (Qu’en dit le chef de l’Etat?)

Après le vote de lois à polémique sur la réforme du système partisan, la révision « nocturne » de la Constitution du 11 décembre 1990, la loi sur l’interruption volontaire de grossesse et autres, la 8e Législature s’illustre encore sur un nouveau chantier à Controverse. Il a rapport à une proposition de loi portant pension aux anciens députés. Ladite loi devrait être étudiée et probablement adoptée au cours de la session en cours, l’avant-dernière de cette législature. Et comme si la 8e Législature voulait définitivement asseoir dans la tête des Béninois l’image d’un parlement spécialiste de lois à polémique, des députés qui, certainement, ne sont pas sûrs de revenir, veulent s’attribuer par la loi une retraite dorée.

 

Déjà quand on cesse d’être député, durant trois mois après la fin de l’exercice, le député continue de bénéficier des indemnités et autres avantages. Mais vraisemblablement, ce n’est pas suffisant. Ils veulent une pension de retraite non seulement pour ceux qui ne feront plus partie de la prochaine Législature mais aussi pour tous ceux qui ont été une fois député. La pilule ne passe mais peu importe. Les députés tiennent à avoir les mêmes avantages sinon similaires aux autres fonctions politiques au plus haut niveau.

Seulement la proposition arrive dans un contexte de crise économique et de cherté de la vie. Lesquelles seront au menu de la rencontre prochaine entre Patrice Talon et les secrétaires généraux des centrales syndicales. Que dira alors le chef de l’Etat quand les centrales syndicales vont lui opposer cette proposition de loi, preuve, si elle était adoptée, que la récession économique ne touche en réalité que la basse classe ? A l’évidence, Patrice Talon sera bien embarrassé. Alors qu’ailleurs des chefs d’Etat et ministres de la République décident de subir une amputation de leurs indemnités pour faire face à la crise, des députés de la 8e législature  veulent plutôt éprouver davantage le trésor public. C’est à croire que ce Parlement « monocolore » ne chercher à prouver son existence qu’à travers des lois qui ne font pas l’unanimité. Sur la question, la réaction du chef de l’Etat est vivement attendue.

M.M

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire

Au quotidien

juillet 2022
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives