L’UMOA veille à l’application des sanctions contre le Niger

Le blocus économique en vigueur contre le Niger suite au coup de force doit être maintenu. Et l’Union Monétaire Ouest-Africaine (UMOA) y veille à travers une correspondance en date du 17 août 2023 adressée aux directeurs généraux des institutions bancaires.

Les sanctions financières (gel des avoirs financiers de l’État, des institutions publiques et parapubliques et des individus impliqués dans le coup de force) prises par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) contre le Niger suite au coup de force sont d’ « application immédiate », a indiqué Antoine Traoré, secrétaire général de la Commission bancaire de l’Union Monétaire Ouest-Africaine (UMOA).

Dans une correspondance en date du 17 août 2023 adressée aux directeurs généraux des institutions bancaires de la sous-région et citée par Jeune Afrique, l’UMOA demande aux banques ouest-africaines de lui faire parvenir l’état de mise en œuvre des sanctions financières décrétées par la CEDEAO contre le Niger au lendemain du coup d’Etat contre le président Mohamed Bazoum.

Selon la correspondance, les directeurs généraux des institutions financières de la sous-région ouest-africaine sont tenus de faire parvenir le point de la mise en œuvre des sanctions à l’UMOA et à la Direction nationale de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) dans chaque pays au plus tard le 25 août 2023.

M. M.

Source : 24 Heures au Bénin

Laisser un commentaire