Manifestations anti-Talon au Bénin: Éviter les arrestations arbitraires et la répression, selon Glory Hossou

Les manifestations contre le régime de la Rupture s’observent depuis lundi, 05 avril 2021 dans plusieurs localités du pays. Face à la crispation de la situation sociopolitique, le juriste Glory Hossou invite les autorités béninoises à s’abstenir de procéder à des arrestations arbitraires et la répression des manifestations au risque de voir la situation s’envenimer davantage.

 

“Alors que des manifestations ont lieu depuis le 6 avril dans plusieurs villes du Bénin, les autorités devraient s’abstenir de procéder à des arrestations arbitraires ou d’user d’une force excessive pour réprimer les manifestations. Le droit de manifester est un droit fondamental qui doit être garanti en tout temps. Du point de vue du droit international, le droit de manifester ne doit pas être soumis à un régime d’autorisation. On ne saurait donc obliger les populations à demander aux autorités la permission de manifester ou d’organiser un rassemblement. Procéder à des arrestations pour le seul fait que la manifestation ou le rassemblement ne serait pas autorisé est contraire au droit international.

Les autorités doivent s’abstenir de recourir à une militarisation systématique du maintien de l’ordre.

Les autorités doivent s’abstenir de tenir systématiquement pour responsables les organisateurs ou les participants d’une manifestation qui déborde. Dans ces circonstances, elles doivent rechercher et punir individuellement les auteurs des infractions commises lors de la manifestation dans le cadre d’un procès équitable. En aucun cas une personne ne saurait être  tenue responsable des agissements d’un autre manifestant. La responsabilité est individuelle. Les autorités doivent garantir la liberté de manifestation et d’expression aussi bien aux opposants politiques que les partisans du pouvoir.

En 2019 plusieurs manifestations à caractère revendicatif avaient été interdites dans plusieurs villes du Bénin par les autorités municipales.

Au moins 64 personnes avaient été arrêtées et au moins 4 personnes ont perdu la vie.

Internet avait également été coupé et les autorités n’ont toujours pas fourni d’explications ni des garanties de non répétition.

Une loi d’amnistie a été votée par le parlement et empêche jusqu’à aujourd’hui les victimes d’obtenir justice et réparation des préjudices subis” a fait savoir le juriste Glory Hossou. Il urge alors que les autorités béninoises s’abstiennent de recourir à des actes susceptibles d’entraîner un durcissement de ton.

A.B

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire

Au quotidien

avril 2021
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives