Médias au Bénin:Dissolution de l’ABP : « Ce n’est pas de gaieté de cœur »

[ Deux cas de figures s’offrent aux agents, décrit Wilfried Léandre Houngbédji ]

Après la dissolution prononcée de l’Agence Bénin presse (ABP), l’ Agence de presse officielle du Bénin, les professionnels des médias sont préoccupés par le sort réservé à leurs confreres et agents qui y travaillaient. La question a été posé au Secrétaire général adjoint du gouvernement et porte-parole du gouvernement, Wilfried Léandre Houngbédji. C’était vendredi 22 janvier 2022 au cours de la conférence de presse tournante dans les rédactions, qui a eu lieu cette fois-ci au siege du Groupe de presse Le Béninois Libéré.

Journaliste : Avec la dissolution de l’ABP, que deviennent nos confrères? Quelque chose est-il prévu à leur endroit comme mesure sociale?

WLH : << Avant ça, parlons de de la décision. Vous connaissez l’ABP, vous savez dans quel état se trouve la maison. Est-ce que vous pensez au moins que sur ça on n’a pas été asocial ou antisocial en prenant une telle décision? Ou bien vous pensez qu’on aurait dú mettre quelques milliards pour doper la maison et qu’elle reparte. Non, je suis heureux parce que j’ai vu les parutions et j’ai vu quelques titres, mais globalement je n’ai pas vu d’hostilité ou de gens qui condamnent le gouvernement pour une telle décision. Encore une fois je dis ce n’est pas de gaité de cœur. La situation est très critique. Les responsables de la maison comme vos confreres, ils vous le diraient eux-memes; je les ai reçus. J’ai reçu les dirigeants, j’ai reçu les agents. Aux agents j’ai dit ceci : allez réfléchir entre vous et revenez me voir pour me dire, nous on a trouvé telle solution ; aujourd’hui on peut faire telle chose avec l’ABP rénovée pour que ça reparte. Et quand on aura fait ça, ça va vivre de lui-meme et on n’aura pas besoin de subvention. J’ai dit si vous trouvez la solution, on est preneur. Mais s’il n’y en a pas, qu’est-ce qu’on fait sachant qu’on n’a pas de perspective. Et là également, c’est le cœur gros qu’on a dû aller à cette décision. Maintenant, qu’est-ce qui est prévu? Je vous ai dit tout à l’heure, partout où on a pris cette décision similaire, il y a toujours eu la gestion du social. Il y a deux catégories, grossomodo, d’agents : il y a des fonctionnaires, il y a des conventionnés et peut etre quelques prestataires s’agissant d’agents de sécurité. Les fonctionnaires qui sont employés de l’État, le liquidateur est en train de travailler à ça. Tres certainement je vois ou j’entrevois deux formules. Ceux qui sont agents de l’Etat, ils vont certainement etre envoyés vers le ou les ministeres où ils devraient servir. Ceux qui sont conventionnés, la liquidation de leur droit sera assuré par le reliquat disponible ou encore une fois si nécessaire un concours du Trésor public pour permettre de les défrayer. Le Liquidateur, quand il regardera les dossiers ou les contrats des uns et des autres, qu’est-ce qui est prévu >>

Propos recueillis et transcrits par JB

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire

Au quotidien

mai 2022
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Archives