Onu: Le Gtda demande la libération immédiate de Madougou

Libération immédiate et sans condition de Reckya Madougou. C’est la demande du Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies (Gtda). Réunis en session du 29 août au 02 septembre 2022, le Gtda a adopté l’avis n°51/2022, lequel demande au gouvernement béninois la libération immédiate et sans condition de Reckya Madougou par la prise des mesures urgentes. Dans sa décision, le Gtda est allé plus loin. Il demande le droit pour Reckya Madougou d’obtenir réparation sous la forme d’une indemnisation à la charge du gouvernement béninois, l’ouverture d’une enquête approfondie et indépendante sur les circonstances de la privation « arbitraire » de la liberté de Reckya Madougou et la prise de mesures qui s’imposent contre les responsables des violations de ses droits. De même, le Gtda demande au gouvernement béninois de prendre les dispositions idoines pour rendre sa législation conforme au droit international et d’user de tous les moyens à sa disposition pour diffuser cet avis de l’ONU le plus largement possible.

Pour en arriver à l’adoption de cet avis, le Groupe de travail sur la détention arbitraire, après analyse de la situation carcérale de l’opposante au régime de Patrice Talon, a trouvé que tous les cas de détention arbitraire sont réunis dans le dossier de Reckya Madougou. Le 1er cas de détention arbitraire a rapport au mandat d’amener délivré par le procureur spécial de la Criet qui serait « illégal », selon le Gtda. Mais cela n’a pas empêché que Reckya Madougou soit poursuivie et condamnée, en dépit d’une loi d’amnistie. Le 2ème cas de détention arbitraire est relatif à la violation de sa liberté d’expression d’association et de réunion consacrée par le pacte international sur les droits civils et politiques. Enfin, 3e cas de détention arbitraire, le Groupe de travail trouve que la détention de Reckya Madougou ne satisfait pas aux conditions d’impartialité et d’indépendance des juridictions béninoises notamment la Criet. En outre, le Gtda estime que la présomption d’innocence de  Reckya Madougou aurait été entachée.

L’avis a été notifié ce lundi 7 novembre aux avocats de Reckya Madougou

Candidate recalée à la présidentielle de 2021, Reckya Madougou a été arrêtée, en mars 2021, à la suite d’un meeting des partis de l’opposition. Elle sera condamnée, le 11 décembre 2021, à 20 ans de prison pour « financement du terrorisme ». « Cette cour a délibérément décidé de clouer au pilori une innocente. Je n’ai jamais été et je ne serai jamais une terroriste », avait-elle déclaré avant que le verdict ne tombe.

Depuis, les appels des associations de défense des droits de l’homme pour la libération de l’opposante n’ont pas été suivis d’effet.

 

M.M

Téléchargement AUV_WGAD_Op._51_2022__Benin_

Source : Matin Libre

About Post Author

Laisser un commentaire

Au quotidien

décembre 2022
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Archives