Pandémie de la Covid-19 et efficacité des vaccins en Afrique: Le Professeur Romain GLELE Kakaï fait le bilan

(Une  conférence publique sert d’office)

L’université d’Abomey Calavi a accueilli, jeudi 27 octobre 2022 une grande conférence scientifique sur le thème « COVID-19 : Réalité, Enjeux et Perspectives au Bénin ». Organisé par l’Académie Nationale des Sciences, Arts et Lettres du Bénin (ANSALB), cette conférence animée par un parterre de professeurs venus du Bénin, du Burkina Faso, du Nigéria et de la France, a enregistré au cœur du panel, la communication du Professeur Romain Glèlè Kakaï, Directeur du Laboratoire de Biomathématique et d’Estimations Forestières de l’UAC ‘’LABEF’’ Ladite conférence s’inscrit dans le cadre des activités scientifiques de l’Académie Nationale des Sciences, Arts et Lettres du Bénin.

 

Pandémie de la Covid-19 et efficacité vaccinale au Bénin et en Afrique de l’Ouest au cours de la conférence publique de l’Académie Nationale des Sciences, Arts et Lettres du Bénin (ANSALB) COVID-19, une pandémie qui s’est définitivement inscrite sur la liste des crises sanitaires de notre siècle. Signalé pour la première fois en décembre 2019, le pathogène responsable aura pris seulement trois mois pour coloniser toute la planète terre et devient donc l’épicentre d’une psychose sans précédente à toutes les couches de l’humanité notamment les personnes âgées. Sa vitesse de propagation a amené l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a qualifié cette situation sanitaire de pandémie le 11 mars 2020. Ainsi, à chaque continent et à chaque pays de définir des stratégies pour faire face à ce virus meurtrier contemporain. Les pays africains n’ont pas manqué de définir des plans de riposte convenables pour traverser ces jours de peur et d’incertitude sanitaire. Deux ans après le début de ladite pandémie, il apparait nécessaire de faire un bilan des efforts et initiatives engagés par les pays africains en général et le Bénin en particulier pour barrer la voie au ravage du virus afin d’en tirer les leçons nécessaires pour une éventuelle relance de la crise ou à la survenue future d’autres crises de nature semblable. C’est donc là le mobile d’une conférence publique pensée par l’Académie Nationale des Sciences, Arts et Lettres du Bénin (ANSALB) portée sur la COVID-19 : Réalité, Enjeux, et Perspectives au Bénin. Ce rassemblement d’échange intellectuel a été l’occasion pour le Professeur Romain Glèlè Kakaï d’exposer sur l’impact de la vaccination combinée aux mesures sociales et de santé publique sur la dynamique de l’épidémie en Afrique de l’Ouest et au Bénin en considérant l’évolution du nombre quotidien de cas d’infection au SRAS-CoV-2 (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère-Coronavirus de type 2) et du nombre quotidien de décès dus à la COVID-19, de la date de démarrage de la vaccination au 22 septembre 2022. Faut-il le rappeler, Romain Glèlè Kakaï, Professeur Titulaire de Biostatistique, Directeur du Laboratoire de Biomathématiques et d’Estimations Forestières (LABEF) est le Directeur du Hub International de Recherche sur la modélisation socio-écologique et spatio-temporelle de la COVID-19 en Afrique (SEMCA en anglais), financé par le Ministère Fédéral Allemand des affaires étrangères pour la période 2021-2026. Il a, à travers une communication, partagé le fruit des recherches effectuées jusque-là, à la première grande conférence de l’ANSALB. Dans les lignes de sa présentation, on comprend le rôle prépondérant qu’ont joué les campagnes de vaccination face à cette crise sanitaire mondiale qu’est la COVID-19. Pour le communicateur, les résultats de ses études indiquent un effet significatif de la vaccination et des mesures sociales et de santé publique sur l’évolution du nombre quotidien de cas d’infection et du nombre de décès en Afrique de l’Ouest avec respectivement un retard d’effet de 15 et 40 jours. Il a été donc montré que la vaccination a été aussi significative sur l’évolution de la pandémie avec un retard d’effet plus court avec l’augmentation du nombre de sujets vaccinés. Les données du Bénin révèlent un effet non significatif des mesures sociales et de santé publique et un effet significatif de la vaccination sur l’évolution des cas de décès pour la période considérée. Toutefois, il a indiqué que d’autres facteurs difficilement quantifiables pourraient aussi agir sur la dynamique de l’épidémie dans la même période : il s’agit de l’émergence de nouveaux variants du virus, de l’immunité acquise ou encore du recours à la médecine traditionnelle. Il faut signaler que ces résultats sont sans doute utiles pour la surveillance épidémiologique d’éventuelles futures épidémies.

 

TG

Source : Matin Libre

About Post Author

Laisser un commentaire

Au quotidien

décembre 2022
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Archives