Prévention des crises en contexte post-électoral: L’Iajp/Co mobilise autour d’un panel

L’institut des artisans de justice et de paix Le Chant d’oiseau (Iajp/Co) a organisé jeudi, 16 février 2023, un panel de discussion autour de la responsabilité des organisations de la société civile et des politiques dans la prévention des crises en contexte post-électoral.

 

Le panel composé des acteurs politiques et de la société civile a permis à l’assistance d’avoir droit à un débat contradictoire sur la thématique. « Prévention des crises en contexte post électoral : responsabilité des organisations de la société civile et des politiques ». Faisant une clarification de la notion de crise post-électorale, Nourou Dine Saka Saley, consultant juridique et acteur politique, a fait savoir que la notion renvoie à «ce qui aboutit à un trouble à la paix après les élections». De ce fait, il estime que le Bénin n’a jamais connu de crises post électorales mais plutôt la répression d’une contestation politique. A l’en croire, il y avait des signes annonciateurs d’une crise post-électorale en 2011 lorsque le camp Adrien Houngbédji rejetait les résultats du scrutin présidentiel. Les évènements de 2019 ne sauraient donc être perçues comme crises post-électorales puisque l’opposition n’y a même pas participé pour contester les résultats, précise-t-il. Il argue donc qu’il s’agit de la répression d’une contestation politique avec pour corollaire des détenus politiques et exilés. Quant au Président du Conseil d’administration d’Amnesty International Bénin, Léonard Hyppolite d’Almeida, il a expliqué que les crises sont engendrées par la recherche du pouvoir et les mésententes autour de l’application des lois électorales. Selon lui, Amnesty s’investit dans l’éducation aux droits humains afin que la paix soit prônée et préservée. Dans son intervention, Dr Jacques Codjo a fait savoir que les élections sont sources de beaucoup de conflits dans beaucoup de pays. Il a ensuite expliqué les facteurs qui donnent lieu à des crises. Selon lui, les crises surviennent parce que les acteurs rejettent d’abord le cadre des élections et aussi les résultats des élections. Sur la question de la prévention des crises post électorales, Hyppolite d’Almeida évoque la nécessité pour la société civile de continuer à faire de la sensibilisation afin de prévenir lesdites crises. Cependant, il admet que la société civile doit se soucier de sa crédibilité et mériter la confiance des populations. Et de préciser que le plaidoyer de la société civile s’impose également pour prévenir les crises. Si Nourou Dine Saka Saley insiste sur la recherche du consensus autour des lois électorales, Dr Jacques Codjo estime que le respect des lois devrait garantir un climat pacifique après les élections. Notons que plusieurs personnalités ainsi que des acteurs de la société civile ont participé à cette rencontre d’échanges.

 

Orea Adoukonou (Stag)

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire