Prise en charge des personnes victimes en missions commandées: Talon concrétise le rêve des forces armées béninoises

Mercredi 25 mai 2022, le conseil des ministres a transmis à l’Assemblée nationale, pour examen et vote, un projet de loi portant régime de prise en charge et de protection des personnes victimes en missions commandées. Par cette initiative salutaire, Patrice Talon confirme une fois encore qu’il sait tenir ses promesses, vis-à-vis de l’armée béninoise.

 

Bonne nouvelle pour les personnes victimes en missions commanditées. Et pour cause, un projet de loi déjà sur la table des députés, prendra désormais en compte ceux qui sont dans cette situation. En effet, d’après le compte rendu du conseil, le projet de loi vise à créer le cadre légal adapté pour la protection et la prise en charge efficace des personnes ayant subi des préjudices au cours des missions de maintien d’ordre, de sauvetage ou de défense de l’intégrité territoriale, de même que lors de missions extérieures exécutées dans le cadre des accords bilatéraux ou multilatéraux. « Ce dispositif légal envisagé intervient pour combler une insuffisance de l’actuelle règlementation qui ne prévoit qu’une somme symbolique en guise de frais d’obsèques des victimes ayant perdu la vie dans les missions de défense et de sécurisation de la nation », explique le communiqué. Par conséquent, le gouvernement dit instaurer un mécanisme de paiement d’un capital décès aux ayants droit des personnes visées et une prise en charge des enfants mineurs jusqu’à l’âge de 21 ans, à travers un soutien matériel, financier et moral de l’Etat sous forme de subventions d’entretien, d’études et une assurance médicale gratuite ou prise en charge par l’Etat. Mieux, la note indique que cette loi prévoit une protection au profit des personnels civils impliqués dans les missions de sécurisation et de défense et y ayant perdu la vie ainsi qu’une reconnaissance nationale à travers des avancements à titre posthume. « Plusieurs catégories de personnes peuvent bénéficier des dispositions de ce texte. Il s’agit des: personnels militaires des Forces armées béninoises blessés, décédés ou portés disparus à l’occasion des opérations susvisées ou leurs ayants droit ; personnels des Forces de sécurité publique et assimilés blessés, décédés ou portés disparus dans les mêmes types d’opérations ou leurs ayants droit ;civils blessés, décédés ou disparus impliqués ou associés par les Forces armées béninoises auxdites opérations ou leurs ayants droit et les ayants droit des victimes enregistrées au cours des missions extérieures dans le cadre des accords bilatéraux ou multilatéraux lorsque lesdits accords ne prévoient pas une mesure de prise en charge », explique la note. Quand on sait que le 21 janvier 2021, lors de la cérémonie de présentation de vœux  des forces de défense et de sécurité au chef de l’Etat, le chef d’état-major général d’alors, le contre-amiral Patrick Jean-Baptiste Aho, au nom de ses frères d’armes, a sollicité le soutien et l’appui du Président Patrice Talon aux fins de l’élaboration d’une loi portant régime de prise en charge et de protection des personnes victimes en missions commandées, il est heureux de savoir que cette doléance n’est pas tombée dans des oreilles de sourds. Car en réponse, le Président de la République s’était engagé à jouer pleinement sa partition. « C’est le lieu pour moi de saluer à nouveau la mémoire de vos braves collègues tombés sur le champ d’honneur. Je veux ici exprimer ma profonde compassion à l’endroit des familles affectées, tout en les rassurant que la République ne les abandonnera pas. Et à cet effet, je prends note de vos suggestions d’une loi spécifique », avait rassuré le Président de la république. Lequel cinq mois plus tard, va concrétiser ce rêve des forces armées béninoises.

 

M.M

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire

Au quotidien

juillet 2022
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives