Programme de Projection « Wà Cinéma » : Keteke ou la mémoire de l’accouchement dans les milieux ruraux




L’espace culturel Le Centre a une fois de plus été le centre d’attention de beaucoup de cinéphiles et pour causes la projection du film Keteke de Peter Sedufia. Cette projection entre dans le cadre du programme « Wà Cinéma » initié par le même centre en collaboration avec l’Institut Français du Bénin. D’une durée de 98min, ce film peint la vie prénatale de la femme. Du genre Comédie, il raconte l’histoire de Boi et Atswei qui attendent un enfant mais ratent le seul train hebdomadaire qui doit les amener à Akété la ville où Astwei souhaite accoucher. Comme aucun malheur ne vient seul, ils commencent alors une épopée pleine de péripéties et de situations hilarantes dans le Ghana. Le seul but est d’atteindre cette ville qui doit voir naitre leur premier bébé malgré ce trajet qui ne leur laisse pas de choix. Keteke qui signifie Train en langue Akan, langue parlée par plus de 9 millions de personnes au Ghana et en Côte d’Ivoire, est donné à ce film pour rappeler aux cinéphiles le centre d’attraction du film qu’est le train. Très réaliste, ce film plonge son réalisateur Peter Sedufia dans les années 1980, celle de son enfance et relate les aléas du secteur du transport ferroviaire au Ghana. Il relate l’état défectueux des infrastructures de son pays tout en abordant le problème de l’accouchement en milieu rural. La qualité des plans, du son font de ce film un vrai chez d’œuvre. Le rendez-vous est donc pris pour chaque 1er vendredi du mois à l’espace culturel Le Centre.



Salinas Hinkati est le coordonnateur du programme de projection Wà Cinéma initié par l’espace Le Centre et accompagné par l’Institut Français du Bénin, structure partenaire à travers son programme « Cinémas du monde, cinémas d’Afrique ». Pour lui, Wà Cinéma est un programme pensé par l’espace culturel Le Centre pour raviver la culture cinématographique à Abomey-Calavi et environs. « Wà Cinéma a été pensé suite à plusieurs constats. Le premier est que nous n’avons presque plus de salle de cinéma, le deuxième est que le peu de salles qu’il y a ne fait que la promotion des films européens, asiatiques, américains… Nous nous sommes dit que c’est une aberration et on a alors décidé de concevoir un projet pour corriger le tir et faire exclusivement la promotion des films africains », a-t-il affirmé. Wà cinéma est donc le creuset idéal pour la promotion exclusive des films africains.

Marina HOUNNOU (Coll.)

Source : Fraternité

Laisser un commentaire