Promotion du « made in Benin »: Trois produits des terroirs en passe de reconnaissance mondiale

Une nouvelle ère s’ouvre pour le gari « Sohoui » de Savalou, l’ananas « Pain de sucre » du plateau d’Allada et l’huile d’arachide « Agonlinmi » du plateau d’Agonlin. Ces trois produits locaux feront l’objet de reconnaissance en Indications géographiques dans le cadre de la deuxième phase du projet Pampig dont le lancement a eu lieu, ce lundi 14 octobre, à Cotonou.

Bonne nouvelle pour les acteurs des chaînes de valeurs du gari « Sohoui» de Savalou, l’ananas « Pain de sucre » du plateau d’Allada et l’huile d’arachide « Agonlinmi » du plateau d’Agonlin ! Ces trois produits, labels des terroirs du Bénin, connaîtront une augmentation de leur valeur ajoutée et par ricochet du revenu de leurs producteurs et productrices et induiront la création de nouveaux emplois. C’est du moins l’espoir que nourrissent les ministres Shadya Alimatou Assouman de l’Industrie et du Commerce et Gaston Dossouhoui de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, en procédant, hier à Cotonou, au lancement de la reconnaissance de ces produits pilotes du Bénin en Indications géographiques (Ig).

Ce processus s’inscrit dans le cadre de la deuxième phase du Projet d’appui à la mise en place des indications géographiques (Pampig 2) porté par l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (Oapi) et soutenu par l’Agence française de développement (Afd). La première phase, entre 2008 et 2014, a permis de promouvoir le poivre de Penja et le miel d’Oku au Cameroun et le café de Ziama de Macenta en Guinée, rappelle Mourizio Cascioli représentant l’Afd.

Ces trois trésors des terroirs avaient été choisis parmi tant d’autres par le Comité national de mise en place des Indications géographiques (Conamip Ig) installé depuis novembre 2012 et présidé par le ministre en charge de l’Agriculture. Ils sont retenus au même titre que quatre autres produits traditionnels africains de qualité supérieure à savoir le Cacao rouge du Cameroun, l’Attiéké des Lagunes et des Pagnes Baoulés de la Côte d’Ivoire, l’Ananas de Friguiagbé ou Baronne de la Guinée, précise Jean-Baptiste Noël Wago, directeur général adjoint de l’Oapi.

Choix avisés

Leur choix n’est pas fait au hasard. Le gari Sohoui, un des principaux aliments de base des populations au Bénin, constitue pour les femmes de Savalou une importante source d’emplois et de revenus qui contribue à leur autonomisation, indique la ministre de l’Industrie et du Commerce. Pour l’huile d’arachide d’Agonlin ou « Agonlinmi» en langue fon, produite dans le Centre et le Sud du Bénin, les femmes du plateau d’Agonlin en ont particulièrement le secret, poursuit-elle. Cultivé dans les localités d’Allada, Tori-Bossito, Zè, l’ananas « Pain de sucre », quant à lui, constitue un label prisé de par le monde. En forme de bouteille, c’est une variété rare, unique en son genre dont certains morphotypes ont la particularité de rester verts à maturité.

Mobilisation attendue

Selon la ministre Shadya Assouman, « Les impacts attendus après la mise en place d’indications géographiques sur ces trois produits sont entre autres, l’amélioration de la qualité, la limitation de la fraude, le développement des marchés nationaux et internationaux, l’amélioration du prix sur le marché national, l’amélioration de la gestion des matières premières et l’augmentation du revenu des producteurs ».

Mais avant, la mise en place d’une Ig représente un réel défi à la fois pour les institutions (Etat, collectivités locales), les producteurs et les différents maillons des chaînes de valeur concernées, selon M. Wago. «Les responsabilités individuelle et collective des acteurs sont grandes ; car chacun, quel que soit son champ d’intervention dans le secteur, doit pouvoir contribuer à cette promotion souhaitée de tous les vœux », admet Gaston Dossouhoui qui plaide pour une mobilisation sans faille autour des Ig, afin de contribuer au développement des filières agricoles.

Sa collègue Shadya Assouman, rassure d’ores et déjà de la disponibilité ainsi que de la détermination du gouvernement et des services administratifs concernés à ne ménager aucun effort pour contribuer à la reconnaissance des produits purement béninois en Indication géographique protégée.

Au quotidien

septembre 2020
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Archives