Protection des ressources naturelles du Bénin: African Parks conforté pour le développement du parc W

Le gouvernement béninois poursuit ses efforts pour la protection des ressources naturelles du pays. Son engagement pour les aires protégées s’est renforcé le 25 juin dernier avec la signature d’un contrat de longue durée avec African Parks. Pour les dix prochaines années, le Bénin confie à cette institution de référence, la sécurisation du parc national du W.

Le gouvernement béninois accorde la priorité à la réhabilitation et à la conservation des aires protégées du pays. Il en a fait depuis 2016, un projet prioritaire à travers son programme d’action. Depuis lors, les lignes ont bougé, conviennent les acteurs. Le capitaine Abdel-Aziz Bello, directeur du parc national du W se dit même soulagé des fruits de l’engagement de l’Etat au profit de la faune et de la flore. « C’est un sentiment de soulagement approfondi qui m’anime à la suite de celui de la signature du contrat quadripartite de mise en œuvre du Pip », fait-il savoir. « Quand on compare les difficultés énormes auxquelles nous étions confrontés dans le passé et les changements positifs connus actuellement non seulement dans l’amélioration de nos conditions de vie et de travail, mais aussi en ce qui concerne les résultats encourageants obtenus après seulement neuf mois de mise en œuvre de ces réformes au niveau du W », il y a lieu de dire sa reconnaissance, relève-t-il. Ces résultats ont été obtenus principalement grâce à African Parks (Ap) qui a l’expertise d’asseoir un bon système de gestion basé sur des procédures performantes mises en œuvre par des équipes compétentes constituées aussi bien de personnel expatrié que local, indique-t-il Au nombre des réalisations qui font la fierté du capitaine Bello, Angelo Amoussou, chef Projets parcs nationaux et forêts à l’Agence nationale de la promotion des patrimoines et du développement touristique (Anpt) salue particulièrement la mise en œuvre du Plan d’intervention prioritaire (Pip) signé entre le ministère du Cadre de vie, l’Anpt, le Centre national de gestion des réserves de faune (Cenagref) et African Parks, dans le but de réhabiliter et développer le parc national du W, par la formation et le déploiement d’une nouvelle brigade spéciale de 90 Rangers et la rénovation des infrastructures du parc. Au total, 2 386 865 840 F Cfa ont été investis dont une part substantielle émanant de la Fondation des savanes ouest africaines (2 039 504 000) et le reste, soit 347 361 840 F Cfa investis par le gouvernement béninois. Grâce à cet investissement, le parc renait et d’importants investissements y ont été faits, reconnait Angelo Amoussou. La réhabilitation des bureaux du Cenagref, la réhabilitation de la base opérationnelle d’Alfakoara, la réhabilitation de la piste d’atterrissage d’Alfakoara, l’ouverture et l’aménagement des pistes, l’achat de nouveaux véhicules et des motos pour les équipes des postes périphériques et animateurs communautaires… Autant de réalisations qui justifient le renouvellement du contrat. Renouvellement intervenu le 25 juin dernier à la satisfaction de toutes les parties prenantes et qui permet au Cenagref de contracter avec African Parks pour le compte de l’Etat, lui concédant de ce fait une partie de ses attributions. « La signature du présent contrat de délégation de gestion permettra de consolider les acquis du Pip et d’aborder tous les autres maillons de la gestion du parc pour atteindre effectivement l’objectif de la restauration et du développement du Complexe W », indiquait à l’occasion, son directeur, le capitaine Abdel-Aziz Bello. Pour lui, ce partenariat est un début, non seulement pour le W Bénin mais aussi pour une coopération plus importante dans la région pour asseoir la sécurité ainsi que le développement durable aussi bien des aires protégées que des communautés environnantes.

Restauration et coopération

Ferdinand Claude Kidjo, directeur général du Cenagref, soulignera pour sa part, que la signature de ce contrat marque de façon profonde le cadre institutionnel de la gestion des réserves de faune au Bénin, donc du repositionnement et du redimensionnement du centre dont il a la charge. « Le gouvernement a vu juste dès 2016, de poser successivement un certain nombre d’actions phares dont l’élaboration du Plan d’intervention prioritaire pour la réhabilitation et le développement du complexe W », apprécie-t-il. « Ce contrat de délégation de gestion, de financement et de développement du Complexe w est d’une durée de dix ans et comporte beaucoup d’innovations par rapport à celui de la Pendjari », se réjouit-il. La signature du contrat s’est déroulée en présence de Jean Marc Froment, représentant résident d’Ap au Bénin et Christophe Lemée, coordinateur du Pip.
Pour Peter Fearnhead, directeur général d’African Parks, le gouvernement du Bénin a choisi depuis 2017, son institution comme gestionnaire du parc national de la Pendjari, joyau naturel de l’Afrique de l’Ouest. « Les dernières années n’ont pas été sans difficultés, mais nous avons connu une évolution extrêmement rapide dans le développement du parc, grâce aux appuis opérationnels, financiers et une gouvernance exemplaire du gouvernement béninois…

Cette réussite est le fait de nombreux soutiens reçus de par le monde », indique-t-il. « Trois ans après le début de cette aventure, nous voici, en ce jour historique, à procéder à la signature d’un nouvel accord de délégation de gestion pour le parc W Bénin qui représente l’un des derniers refuges d’espèces clés avec des populations viables en Afrique de l’Ouest », soutient-il. Signature qui intervient, rappelle-t-il, après neuf mois du Pip. Comme bien d’autres, il reconnaîtra que ce projet a été le début de la remise à niveau et de l’amélioration des capacités de l’unité de gestion du parc. Mieux, « Les résultats obtenus au cours de ces neuf mois sont impressionnants même s’il ne s’agit que de la première étape d’un long processus ». Confiant, Peter Fearnhead espère que ce partenariat donnera un nouvel élan et va davantage assurer un avenir d’espoir, non seulement pour le W-Bénin et ses communautés, mais aussi pour une coopération plus importante dans la région afin d’asseoir le développement durable du complexe transfrontalier Wap.

Impulser une gestion efficace et durable

Cette signature de contrat de délégation de gestion du complexe Parc W- Bénin, plus grand parc national du Bénin avec la zone cynégétique de la Djona et le territoire de chasse de la Mékrou, le ministre du Cadre de vie, José Tonato, l’accueille avec soulagement. Il y lit une démarche pour impulser une gestion efficace et durable des réserves de faune avec des bornes désormais gravées en lettres d’or dans la mémoire des acteurs de la biodiversité et du développement du patrimoine touristique. « Malgré ses labels de Réserve de biosphère transfrontalière, de patrimoine mondial de l’Unesco et de Site Ramsar, les menaces qui pèsent sur cette aire protégée demeurent importantes », révèle-t-il. C’est pourquoi, un plan d’intervention prioritaire d’un coût total de deux milliards trois cent quatre-vingt-six millions neuf cent vingt-et-un mille deux cent cinquante-huit (2 386 921 258) F Cfa, cofinancé par le gouvernement et la Fondation des savanes ouest-africaines est en cours de mise en œuvre depuis le mois d’octobre 2019, poursuit-il. A trois mois de sa clôture, ce projet a déjà permis « une véritable amélioration des infrastructures et des compétences nationales en matière de surveillance du complexe, y compris la mise en place de la première promotion de 35 rangers pour la brigade spéciale »,
assure-t-il. « Depuis 2016, la bonne gestion des ressources touristiques est l’épine dorsale du Pag. La gestion plus dynamique des aires protégées et de leur diversité biologique, notamment la grande faune est au centre des réformes du gouvernement, avec la mise en délégation de gestion des complexes parcs de la Pendjari et du W », fait savoir le ministre. De ce fait, le Cenagref est déchargé de l’exercice direct des fonctions d’aménagement et de gestion durable au niveau des deux complexes parcs nationaux, pour se focaliser sur les missions de supervision des interventions dans le secteur de gestion durable de la faune et de préservation de la biodiversité dans les écosystèmes naturels nationaux, souligne José Tonato. Les deux fleurons que sont les réserves de biosphère de la Pendjari et du W confiés à l’Ap pour une gestion moderne et novatrice font aussi la satisfaction du gouvernement qui constate une expertise dans la protection et la promotion des aires protégées. « Le chef de l’Etat, le gouvernement et moi-même, attendons que votre savoir-faire instaure une dynamique réelle et durable en faveur de nos aires protégées », lance-t-il comme appel. Pour finir, il a rassuré le personnel employé par le Cenagref sur le parc que la restructuration en cours a prévu leur redéploiement dans la nouvelle équipe, à condition qu’ils fassent preuve de leur capacité à contribuer avec la compétence nécessaire et dans la discipline à la consolidation de la nouvelle dynamique.

L’article Protection des ressources naturelles du Bénin: African Parks conforté pour le développement du parc W est apparu en premier sur La Nation Bénin.

Source : La Nation Bénin

Laisser un commentaire

Au quotidien

juillet 2020
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Archives