Relecture du Code du numérique du Bénin: L’Upmb et la Fondation Friedrich Ebert enclenchent le plaidoyer

L’Union des professionnels des Médias du Bénin (Upmb), en partenariat avec la Fondation Friedrich Ebert a réuni du 5 au 7 novembre 2020, des experts et acteurs des médias pour la validation du document de plaidoyer pour une relecture du code du numérique.  Les travaux se sont déroulés à Djègba Hôtel de Ouidah.

 

Faisant  suite à l’atelier de plaidoyer pour la relecture de la loi N° 2017-20 portant code du numérique tenu à Parakou, la rencontre de Ouidah a permis à la vingtaine d’experts et acteurs de médias, de mener des discussions ayant abouti à la validation du document de plaidoyer pour une relecture du code du numérique. Les échanges ont également porté sur les conduites à tenir en vue de faire aboutir le dossier pour l’atteinte des objectifs. L’initiative est motivée par l’interpellation de plus en plus de journalistes qui sont gardés à vue et emprisonnés, sur la base du Code du numérique. Pourtant, la loi portant code de l’information et de la communication dispose en son article 310 que la garde à vue et la détention préventive en matière de presse sont interdites sauf en cas de provocation au crime et délits contre la chose publique. Cette situation inquiétante justifie la préoccupation de l’Upmb qui veut organiser un plaidoyer en vue de la relecture de la Loi n° 2017-20 du 20 Avril 2018 portant Code du numérique en République du Bénin, pour une meilleure protection des journalistes au Bénin.

 Pour la présidente de l’Upmb « le chantier sur la relecture du code du numérique est un vaste ». Un chantier dont l’aboutissement, à l’en croire, permettra aux médias de « disposer d’un environnement de travail sain. Un espace où ils peuvent exercer leur art sans crainte ». Zakiath Latoundji, a par ailleurs reconnu et salué le mérite du comité des experts ayant œuvré pour la mise à disposition du document de plaidoyer après les travaux de Parakou, ainsi que du partenaire pour son soutien indéfectible à l’initiative. Appréciant l’initiative à sa juste valeur, le Représentant résident de la Fondation Friedrich Ebert a indiqué que « la liberté de presse est une valeur fondamentale d’une démocratie, mais également une valeur fondamentale pour la Fondation Friedrich Ebert ». A en croire Dr Hans-Joachim Preuss, à la lecture du rapport de la première rencontre de Parakou, on peut retenir que le nouveau code de l’information limite la liberté d’expression et peut entraver l’exercice du métier de journaliste. Ce qui justifie le soutien de la Fondation à l’Upmb pour une relecture dudit code. Le Représentant résident de la Fondation Friedrich Ebert a rassuré l’Upmb quant au soutien de la FES-Bénin pour l’aboutissement du processus.

Th. A.

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire

Au quotidien

septembre 2021
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Archives