Rencontre Talon-centrales syndicales: Le Smig passera à 52 000FCFA

(Ce qu’il faut retenir de l’augmentation des salaires)

Le Président de la République, Patrice Talon a tenu une séance d’échanges ce mardi, 26 avril 2022 avec les secrétaires généraux des confédérations syndicales et des responsables des organisations patronales. Au cœur des échanges, la revalorisation des salaires et du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG). Que retenir de cette rencontre tant attendue ?

 

Selon le compte rendu de la séance fait par la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin), le seul point inscrit à l’ordre du jour est relatif à la revalorisation des salaires et du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG). Après avoir évoqué à la situation socio-économique impactée par la pandémie, la guerre en Europe, le Chef de l’Etat a lancé les discussions autour de quatre préoccupations. «A quel niveau convient-il de relever le SMIG au Bénin aujourd’hui ?  Est-ce qu’il faut maintenir le principe de la hiérarchisation des salaires ou le supprimer ? Faut-il consacrer les ressources dégagées par le Gouvernement pour augmenter uniquement les salaires des travailleurs ou peut-on en utiliser une partie pour juguler le chômage des jeunes ? Comment améliorer les ressources allouées aux structures en charge des services sociaux vitaux de notre pays ? Tour à tour, les responsables syndicaux et les responsables d’employeurs ont pris la parole pour se prononcer sur les quatre (04) questions» renseigne la Csa-Bénin. Que retenir alors des échanges ? En effet, en ce qui concerne le Smig, il est suggéré une augmentation de 30%. Ce qui signifie que le Smig devra passer désormais de 40 000Fcfa à 52 000FCFA avec l’exigence pour les employeurs de souscrire l’assurance santé obligatoire   pour leurs salariés à compter du 1er janvier 2023. Quant au point relatif à la hiérarchisation automatique des salaires, “le Gouvernement estime qu’il ne lui revient pas d’administrer les ajustements de salaires dans les Entreprises privées. Il décide donc de suspendre le principe d’une hiérarchisation automatique des salaires après tout relèvement du SMIG au Bénin. Il laisse chaque employeur en décider selon la politique de l’entreprise“. Une option désapprouvée par les Confédérations syndicales pour qui, le contexte national exige un maintien de ce principe qui est un acquis important pour les travailleurs.

Quid de l’augmentation des salaires…

Quant au point relatif à l’augmentation des salaires, il a été convenu qu’une cagnotte globale soit dégagée et répartie entre augmentation de salaires, amélioration de la situation des Aspirants au métier d’enseignants (Ame) et recrutement des jeunes. Rien n’a filtré quant au montant de la cagnotte. L’augmentation des salaires se fera en deux niveaux, selon la Csa-Bénin. “Dans un premier temps, une amélioration du point d’indice pour impacter aussi bien les pensions des retraités que les salaires. Puis une augmentation différenciée des salaires et des pensions par palier de façon à impacter plus fortement les bas salaires et moins fortement les salaires élevés“, informe la confédération syndicale. « Les quatre paliers retenus sont : de 52.000 F CFA à 100.000 F CFA ; de 100.001 F CFA à 200.000 F CFA ; de 200.001 F CFA à 500.000 F CFA ; 500.001 F CFA et plus. Les pourcentages à appliquer à chaque palier seront examinés au cours d’une autre séance de la commission. Le gouvernement a évoqué les incertitudes économiques actuelles dans le monde pour s’engager pour le mois de novembre 2022 comme la date d’effet de ces différentes simulations à condition que la situation actuelle évoquée ci-dessus ne s’aggrave », précise la Csa-Bénin.

 

A.B

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire

Au quotidien

juillet 2022
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives