Renforcement de capacités en déminage et dépollution: Le CPADD, un centre de référence en Afrique et dans le monde

Le Centre de Perfectionnement aux Actions post-conflictuelles de Déminage et de Dépollution (CPADD) est implanté en 2002 au camp militaire de Ouidah à environ 50 km à l’ouest de Cotonou. Il a été inauguré le 25 avril 2003. Après vingt ans d’existence, le CPADD se positionne aujourd’hui comme un centre de référence en Afrique et dans le monde en matière de renforcement de capacités en déminage et en dépollution. Un parcours fait avec le soutien de partenaires qui continuent de croire en ce centre au regard de ses résultats encourageants.

 

Le CPADD s’est assigné pour mission d’apporter conseil et assistance aux pays africains touchés par le problème des mines, des munitions non-explosées et des engins explosifs improvisés, en proposant des formations répondant aux besoins des programmes de déminage, de dépollution et des opérations de sécurisation sur le continent africain.

Pour ce faire, le CPADD offre plusieurs formations (en français, en portugais et en anglais) au profit des personnels civils et militaires. Il s’agit de trois séries de formation : des formations au déminage et à la neutralisation des engins explosifs ; des formations à la gestion des armes légères et de petit calibre (ALPC) et des formations à la gestion des stocks de munitions. Ces formations sont ouvertes aux hommes et aux femmes désireux d’exercer un métier dans le domaine du déminage, à ceux qui détiennent une expérience opérationnelle dans le domaine de l’action contre les mines ainsi qu’aux cadres d’organisations internationales, de centres nationaux d’action contre les mines, d’organisations non gouvernementales (ONG) voire d’organisations de déminage.

Un centre moderne

Le CPADD a su se faire une grande réputation en s’offrant des infrastructures modernes de formation.

Le centre, en plus de ses anciens bâtiments, s’est vu construire un bâtiment de type R+1 qui l’a aidé à porter sa capacité d’accueil de 48 à 72 chambres individuelles climatisées.

Le centre dispose de  moyens pédagogiques de qualité à savoir une salle de conférence, cinq salles de cours avec moyens de projection, quatre bureaux d’instructeurs, une salle  informatique, un atelier électronique, un atelier de marquage – découpage des armes, un magasin de stockage de matériel, un dépôt de munitions d’instruction, un polygone de tir explosif et de nombreuses zones d’instruction, des infrastructures dédiées aux exercices de reconnaissance et d’intervention, une salle d’exposition de munitions, une salle de restauration, une salle de télévision et une salle de convivialité.

Les stagiaires ont accès à la salle informatique à tout moment et une connexion internet par WIFI est proposée. Actuellement, tous les anciens locaux servant de salles de cours et d’hébergement ont été aussi réfectionnés et leurs équipements renouvelés.

Le Centre est en mesure d’organiser simultanément trois (03) sessions de formations. Le Centre dispose aussi d’un éclairage adapté à ses besoins de fonctionnement au quotidien : trente (30) lampadaires solaires pour l’éclairage intérieur et extérieur du Centre, un générateur solaire pour l’alimentation en énergie électrique du nouveau bâtiment R+1. Grâce à l’installation du dispositif d’énergie solaire, le CPADD dispose de son autonomie énergétique.

Ainsi, les stages se déroulent désormais de façon continue, même en cas de coupures d’électricité par la Société Béninoise d’Energie Electrique.

Il a été également acquis quatre véhicules au nombre desquels un (01) mini bus de 20 places, un (01) véhicule PRADO de type 4X4 et deux (02) PICK UP de type 4X4 de cinq (05) places chacun.

L’acquisition de ces véhicules a permis de lever en partie les difficultés relatives au transport des stagiaires et à la satisfaction des liaisons administratives.

Un personnel de qualité

Pour assurer l’ensemble des formations, le Centre s’appuie sur une équipe de 18 instructeurs permanents des forces armées béninoises, renforcée de 2 coopérants français en poste permanent. Un point d’honneur est accordé au renforcement continu des capacités des instructeurs du CPADD. Ainsi, de 2018 à 2019, dix (10) instructeurs permanents du CPADD ont pris part à des voyages internationaux au Centre d’Action contre les Mines en République Démocratique du Congo, à l’Ecole du Génie en Belgique et au Pôle Interarmées de traitement de danger des munitions et explosifs (PIAM) en France. Ils ont acquis non seulement plus d’expérience de terrain, mais ils ont également découvert de nouvelles méthodes normalisées pouvant être adaptées pour optimiser la performance du CPADD. Ajoutés aux voyages à l’étranger, des séminaires de renforcement de capacités des instructeurs s’organisent sur place au Bénin.

En plus de ce renforcement continu de capacités du personnel, le Centre bénéficie d’un encadrement international composé : de Spécialistes en déminage expatriés en provenance de France, de la Belgique, de la Bosnie, du Brésil, de l’Espagne, de l’Inde et des pays africains comme le Burundi, la Guinée-Bissau, la Guinée Equatoriale et la Mauritanie. Dans certains cas, il s’agit d’anciens stagiaires du CPADD qui reviennent pour participer à l’encadrement des nouvelles promotions. Le personnel d’encadrement du Centre est également constitué de Spécialistes béninois formés au CPADD, en France et en Belgique et d’experts/formateurs en provenance des ONG (HAMAP, HANDICAP INTERNATIONAL, DEMETER etc.) apportant un éclairage particulier sur certaines thématiques, sur la base de leurs expériences. Les organismes de formation à savoir : l’Ecole Supérieure et d’Application du Génie (ESAG) et James Madison University soutiennent aussi le Centre.

Au nombre des partenaires institutionnels avec lesquels travaille le CPADD, figurent l’Union Européenne, la France, la Commission Nationale pour l’Elimination des Mines Anti personnelles (CNEMA), l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), le Centre International de Déminage Humanitaire de Genève (CIDH-G), la Commission Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Organisation des Nations Unies (ONU) à travers des agences telles que le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Service des Nations Unies pour l’Action contre les Mines (UNMAS) et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF).

De nouveaux modules de cours

Dans le souci de toujours dispenser des cours conformes aux normes internationales, les modules de cours de déminage ont été relus, amendés et mis en conformité vis-à-vis des nouvelles normes et de nouveaux standards relatifs aux actions post humanitaires de déminage et de dépollution. De nouveaux modules de cours ont été aussi développés. En effet, le Programme de Formation au déminage et à la Neutralisation et Destruction des Engins Explosifs (NEDEX), les modules des cours EOD3 (Explosive Ordnance Disposal niveau3) et PSSM2 (Physical Security and Stockpile Management) ont été refondus et renforcés. Le cours EOD2 (Explosive Ordnance Disposal niveau 2) a été étoffé. Un stage dénommé PSSM 3 « inspecteur des dépôts » a été créé et des matériels pédagogiques et d’instruction pour les cursus EOD, ALPC (Formations à la gestion des armes légères et de petit calibre) et PSSM (Physical Security and Stockpile Management) ont été acquis. Tout cela a induit une amélioration dans la qualité des modules de formation et optimisé l’aptitude pédagogique et de coaching des instructeurs facilitant le niveau de compréhension des stagiaires.  A ce jour, 47 pays ont bénéficié des prestations du Centre, soit un total de 3218 stagiaires formés depuis l’ouverture des stages en 2003.

Une contribution spéciale du Japon

Plusieurs partenaires appuient le CPADD au nombre desquels le Japon qui se distingue par sa contribution assez remarquable. Son appui à travers plusieurs projets a largement concouru à renforcer les capacités d’intervention du Centre. La dernière initiative appuyée par le Japon est le Projet d’Appui au Maintien et à la Consolidation de la Paix à travers le Renforcement des Capacités du Centre de Perfectionnement aux Actions post-conflictuelles de Déminage et de Dépollution (PAMCoPRC-CPADD). Initié par le Gouvernement du Bénin, ce projet d’un coût de 1 000 000 $ US, entièrement financé par le Japon a été mis en œuvre par le PNUD sur la période de mars 2018 à septembre 2019.  Avant la mise en œuvre de ce projet, le Japon avait soutenu le CPADD à travers deux autres projets : le Projet d’Appui au Renforcement des Capacités Institutionnelles du CPADD (PARCI/CPADD) mis en œuvre de mai 2010 à juin 2012 avec 2.000.000 $ US et le Projet d’Appui à la Formation au CPADD (PAF/CPADD) mis en œuvre de juillet 2014 à décembre 2015 avec un budget de 500.000 $ US.

En plus des partenaires traditionnels du CPADD, l’appui de nouveaux partenaires sera certainement la bienvenue pour permettre de faire face aux nombreux défis qui se posent à ce Centre.

Des défis à relever

Malgré ses résultats intéressants, il est des défis qui doivent être relevés par le CPADD. Il s’agit, entre autres, de : (i) l’amélioration de sa capacité de mobilisation des ressources pour pouvoir continuer à augmenter la capacité d’accueil et d’hébergement du Centre, fidéliser les instructeurs en charge des formations en leur créant des mesures d’incitation ; (ii) l’amélioration des indicateurs de la question du genre en augmentant le taux de féminisation des instructeurs du centre (de 15% aujourd’hui) et aussi en accroissant le taux de participation des stagiaires féminins aux formations de déminage humanitaire ; (iii) la poursuite des efforts de rayonnement du Centre par le renforcement de son partenariat avec ses homologues et de ses stratégies de communication.

 De toute évidence, le CPADD peut se targuer d’être un fleuron en Afrique en matière de formation sur le déminage humanitaire et la dépollution avec une contribution de qualité au Maintien et à la Consolidation de la Paix dans le monde.

Le CPADD en quelques chiffres :

20 ans d’existence du Centre

3218 stagiaires des deux sexes formés en déminage humaine

18 instructeurs permanents des forces armées béninoises et de 2 coopérants français en poste permanent

47 pays dont 40 pays africains, 4 européens, 2 latino-américains et 1 asiatique ont bénéficié des prestations du Centre

30 lampadaires solaires installés pour l’éclairage du centre ;

72 chambres disponibles pour héberger les stagiaires

3 langues de travail (Français, anglais, portugais)

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire

Au quotidien

juillet 2022
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives