Sanctions à l’encontre des géomètres et urbanistes : les documents à la disposition des experts, la seule préoccupation de l’Etat


La mafia foncière n’a fait que trop durer dans des communes du pays et il n’est pas tolérable que rien ne soit fait face à l’obstination des prestataires géomètres et urbanistes qui, visiblement tardent à rendre disponibles les documents liés aux opérations de lotissements/remembrements en leur possession. C’est tout le sens des sanctions annoncées à l’encontre des géomètres et urbanistes concernés par les opérations de lotissement et de remembrement foncier urbain en cours sur l’ensemble du territoire national. Si des mesures disciplinaires ont été déjà envisagées à l’encontre de ces prestataires géomètres et urbanistes, selon les éclaircissements apportés par Wilfried Léandre Houngbédji, Secrétaire général adjoint du gouvernement et porte-parole du gouvernement lors de sa rencontre d’échanges avec les professionnels des médias vendredi dernier, il est à noter qu’en dépit de tout, certains parmi eux n’ont toujours pas cru devoir remettre lesdits documents. Or l’inventaire des opérations de lotissement et de remembrement a relevé nombre d’irrégularités. Entre autres irrégularités, il a été constaté que la grande majorité des opérations de remembrement foncier a été engagée frauduleusement sans perspectives. Il n’est pas un secret que la mafia foncière ne manque pas de causer des conséquences lourdes aussi bien aux communes qu’aux populations qui dépensent beaucoup d’argent pour l’achat des parcelles mais qui se retrouvent dans une impasse une fois dans les procédures. Face à la fâcheuse situation, il s’avère préoccupant pour le gouvernement de trouver une issue favorable en mettant en place les pôles d’experts qui doivent nécessairement avoir la documentation sans laquelle la mission à eux confiée, celle de corriger ces irrégularités, ne saurait aboutir. C’est clair qu’aucune raison valable ne pourrait justifier la sourde oreille des géomètres et urbanistes concernés même si, selon des indiscrétions, ce serait parce qu’ils ne seraient pas payés par les mairies et les communes qui les ont sollicités. L’idéal serait qu’ils remplissent leurs obligations vis-à-vis de l’Etat en rendant disponibles les documents et après, ils pourraient soulever leurs prétentions vis-à-vis de ceux qui leur ont confié le travail. Il n’est pas superflu que les concernés comprennent qu’ils doivent prêter attention à l’appel de l’Etat en mettant les documents à sa disposition pour permettre aux pôles d’experts de mener efficacement à bout leur mission. Le plus tôt serait le mieux. L’Etat ne demande que cela.

Fidégnon HOUEDOHOUN

Source : Fraternité

Laisser un commentaire