Settokunkanwxé 2023: Les Settonu fêtent du 8 au 12 Mars prochain à Abomey Calavi

 

Initialement prévues pour se dérouler du 22 au 26 février dernier, les grandes retrouvailles des filles et fils Setto Dodomonlo du Bénin et de la diaspora ont été repoussées de quelques semaines pour des questions d’organisation pratique. Le bureau national et le comité local sont à pied d’œuvre pour donner à cette fête toutes les couleurs scientifique, culturelle, cultuelle et festive qu’elle mérite.

 

Les Settonu se donnent rendez-vous sur la terre de Hêvié/Ouèdo dans la Commune d’Abomey-Calavi pour célébrer leurs retrouvailles d’une part mais aussi et surtout pour se ressourcer. En effet, l’histoire rapporte que c’est de la localité de Hêvié à Abomey-Calavi que les Settonu sont tous partis pour se retrouver un peu partout sur le territoire du Bénin à savoir Adjarra, Avrankou, Porto-Novo, Semè-Podji, Ifangni, Akpro-Missérété, Cotonou et bien entendu dans plusieurs autres pays du monde, le Nigéria, le Togo, le Gabon, la France, etc. Après l’essai de 2018 à Adjarra, l’édition 2023 de la fête identitaire des Settonu du Bénin et de la diaspora permettra alors à toutes les descendances Setto Dodomonlo de retourner à leurs origines, d’apprendre l’histoire, de communier dans la fraternité et de réfléchir sur le devenir de leurs cultures en particulier et celui de la communauté en général dont on dit qu’elle est dépositaire du Vodoun au Bénin. Plusieurs activités seront organisées pendant les cinq jours de festivités pour marquer cet événement grandeur nature. Il s’agit entre autres des cultes et prières religieuses, d’une compétition des panégyriques claniques par des enfants Setto, des concerts d’artistes Setto pour la promotion et la valorisation de la langue Setto, du festival Zangbéto et de la danse traditionnelle Setto appelée  » gaalamicha » qui sera réanimée parce qu’en disparition. Plus de vingt mille participants sont attendus à ces retrouvailles des Settonu Dodomonlo du Bénin et de la Diaspora pour célébrer et valoriser leur culture.

Achille OUSSOU

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire