Soutien aux candidates et arrêt des violences envers les femmes politiques: WROP-Bénin sensibilise les femmes du septentrion

La Plateforme des Organisations Béninoises pour les Droits des Femmes (Wrop-Bénin) a lancé ce samedi 15 octobre 2022 sa tournée nationale pour un soutien massif aux femmes candidates et pour l’arrêt de la violence envers les femmes politiques. Cette caravane a sillonné les villes de Natitingou, Kandi, Djougou et Parakou respectivement le samedi 15 et mardi 18 octobre 2022. L’initiative a reçu le soutien des femmes, lesquelles sont sorties massivement pour répondre à l’invitation de Wrop-Bénin.

 

Fortement mobilisées dès l’aube et déterminées à se faire entendre, les femmes de Natitingou  ont marché à travers  les artères de la ville ce samedi 15 octobre 2022.  Partie du ciné COBECI, la caravane a traversé les Carrefours Yaara- PTT, CEG1 pour échouer à la Maison des jeunes. Sous le rythme de la fanfare   et des danses traditionnelles, les caravaniers ont scandé tout le long du parcours, des slogans en faveur du militantisme politique de la femme béninoise.

« Nous sommes convaincues et rassurées que nous pouvons compter sur vous et au soir du 8 janvier que le nombre de femmes élues soit supérieur à 24 », a conclu la motion reçue par Abdoulaye Affo, Secrétaire général de la préfecture de l’Atacora dirigée par une femme. Selon Abdoulaye Affo, la préfecture met tout en œuvre pour rendre effective la vision du gouvernement pour la promotion politique de la femme béninoise.

Kandi aussi a eu sa caravane

Les femmes de Kandi ont également eu leur caravane. Partie de la maison des jeunes de localité, la caravane de Kandi a mobilisé les représentants de tous les partis politiques avec à leur tête, la maire de la localité et des acteurs de la société civile. Pendant près d’une heure d’horloge, les femmes chantaient et scandaient des slogans invitant les pouvoirs publics à donner à la gent féminine, la place qu’elle mérite dans la société. Une fois à la mairie de Kandi, Alazi Osséni Saka Zinatou, porte-parole des femmes a plaidé non seulement pour l’arrêt des violences faites aux femmes mais aussi pour qu’elles soient mieux positionnées sur les listes électorales de tous les partis politiques.

Djougou et Parakou ne sont pas restées en marge

Après les femmes de l’Atacora et de l’Alibori, ce sont les départements de la Donga et du Borgou qui ont abrité, du lundi 17 au mardi 18 octobre, la série d’activités organisées par WROP-Bénin. Cette  série d’activités a été sanctionnée tout comme, dans les départements de l’Atacora et de l’Alibori par une grande caravane qui a sillonné des rues de Djougou et de Parakou. Si à Parakou, la caravane a eu pour point de départ carrefour CNSS et pour lieu de chute, la Mairie de la localité, à Djougou, les femmes ont démarré cela à la direction départementale des affaires sociales de la localité et pour lieu de chute la maison des jeunes de la ville. A travers cette caravane, elles soutiennent leurs sœurs candidates. Les femmes ont également lu une motion, laquelle invite les acteurs politiques à mettre fin aux violences faites aux femmes politiques.  Les caravanes ont pris fin avec des communications données à l’endroit des participantes.

Il faut noter que la série d’activités a eu lieu grâce à l’appui technique et financier de l’International Republican Institut (IRI) et de l’Usaid.

 Motion de plaidoyer pour le soutien des femmes aux élections législatives de 2023

La question des inégalités entre l’homme et la femme demeure une préoccupation, un pari et un chalenge de développement aussi bien au plan international, régional que national.

Vu que les femmes sont sous représentées dans les instances de prise de décision notamment à l’Assemblée Nationale : 1ère mandature 6,25% (04 sur 64), 2ème mandature 12,19% 10 sur 83), 3ème mandature 7,22%(6 sur 83), la quatrième législature a enregistré 7,23% de femmes (06 sur 83), la cinquième 10,84% (09 sur 83) en 2007, la sixième 8,43% (7 sur 83) en de 2011 à 2015, 07,22% (06 sur 83) entre 2015 et 2019 puis à 6% pour la mandature de 2019 à 2023.

En outre, au niveau de la gouvernance locale et des postes nominatifs, la situation n’est guère reluisante.

Vu que la présence des femmes dans les instances de prise de décision reste encore très faible, tant pour les postes électifs que nominatifs et ce, malgré les diverses actions de plaidoyer et de lobbying menées par les associations de défense des droits de la femme avec l’appui des partenaires techniques et financiers.

Constatant que plusieurs facteurs et contraintes sont à la base de cette situation et concernent, notamment, (i) la persistance des stéréotypes de genre véhiculés par la société et la discrimination, (ii) les violences faites sur les femmes, (iii)le manque de modèle à suivre, (iv) la faible aspiration des femmes à l’engagement politique, (v) la faible implication des femmes dans les partis politiques,  (vi) le mauvais positionnement des femmes sur les listes de candidature des formations politiques, (viii) l’insuffisance de ressources financières pour les potentielles candidates, (viii) la faible visibilité des femmes élues.

Il convient de rappeler que, dans le Plan d’Actions du Gouvernement (PAG 2021-2026), il est inscrit, au titre des mesures spéciales, que la loi n° 2019-43 du 15 novembre 2019 portant code électoral en République du Bénin prévoit un nombre de sièges exclusivement réservés aux femmes.

 En effet, l’article 144 de la loi stipule que : « le nombre de députés à l’Assemblée Nationale est de cent neuf (109) dont vingt-quatre (24) sièges exclusivement réservés aux femmes ». Ce qui représente 22% de sièges réservés aux femmes.

Par ailleurs, au titre des réformes politiques, il est mentionné dans les perspectives du PAG 2021-2026, de « rendre effective, l’augmentation du nombre de femmes à l’Assemblée Nationale dès les législatives de 2023, grâce à l’application du mécanisme de discrimination positive instauré par le code électoral ».

Saluant les initiatives du gouvernement relatives à la promotion politique des femmes et s’inscrivant dans la logique d’amélioration du taux de représentativité de la femme au parlement que, WROP Bénin  avec l’accompagnement financier d’IRI met en  œuvre le  projet « Soutien aux Elections et aux Processus Politiques au Bénin ». Dans ce cadre, il a été réalisé une « Etude sur l’avancement des reformes politiques en faveur des femmes au Bénin » et produit un manifeste de la femme béninoise. Ces deux initiatives ont dégagé quatre (04) axes de plaidoyer qui soutiennent la présente motion de plaidoyer.

Nous, femmes leaders et potentielles candidates sollicitons votre adhésion et accompagnement  pour l’effectivité de l’application de l’article 26 de la loi n° 2019-40 du 07 novembre 2019 portant révision de la loi n° 90-32 du 11 décembre 1990 instituant la République du Bénin, les hommes et les femmes sont égaux devant la loi et l’article 144 de la loi no 2019-43 du 15 nombre 2019 portant code électoral, le nombre de députés à l’Assemblée Nationale est de cent neuf (l09) dont vingt-quatre (24) sièges exclusivement réservés aux femmes.

Mesdames et Messieurs les décideurs des partis politiques et autorités à divers niveaux, nous vous prions de bien vouloir jouer votre partition.

Agissez donc maintenant ! Agissez :

✔       en positionnant les femmes sur vos listes de candidatures à des positions éligibles  pour les élections législatives du 8 janvier 2023 ;

✔       en promouvant le leadership féminin, l’égalité des sexes et la responsabilisation des femmes au sein des partis politiques ;

Nous sommes convaincues et rassurées que nous pouvons compter sur vous et au soir du 8 janvier que le nombre des femmes élues soit supérieur à 24 !

Vive le leadership politique des femmes en République du Bénin,

Vive la femme béninoise au service du développement,

Vive le partenariat IRI/WROP/Bénin

Vive l’USAID

Vive le Bénin

Je vous remercie.

Source : Matin Libre

About Post Author

Laisser un commentaire

Au quotidien

novembre 2022
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Archives