Vulgarisation du guide national de progression: La Fbj très tyrannique aux normes du haut niveau

Dans le souci d’harmoniser les nouvelles réformes dans le judo, le Comité exécutif de la Fédération béninoise de judo (Fbj) a élaboré un guide national de progression. Ce guide, qui désormais est le fil conducteur de la pratique de cet art, a fait objet d’apprentissage aux différents responsables et entraîneurs de clubs sur l’étendue du territoire national.

 

Les disciples de Jigoro Kano des départements de l’Atlantique, du Littoral, du Zou et des Collines ont participé samedi, 11 février 2023, à la séance de vulgarisation du guide national de progression de judo, édité par la Direction technique de cette discipline. Pendant toute une journée, les participants ont été entretenus sur les dispositions d’un dojo pour le salut. De même, ils ont été actualisés sur le Ukemi sans oublier les déplacements et également les postures et les kumi-kata en partie n°1 de la formation. En deuxième partie, les progressions ont été revues, conformément aux techniques du Kodokan. A ce niveau, les stagiaires ont été entretenus sur les différentes catégories de ceintures en partant de la jaune à l’orange puis de la verte au bleue sans oublier le marron. De la même manière, la journée du dimanche 12 février a été de dur labeur aux entraîneurs et responsables judokas des départements de l’Ouémé et du Plateau. A chaque niveau, les judokas se sont massivement mobilisés pour s’actualiser sur le guide national de progression. Ils ont même souhaité avoir au plus pressé le Tom 2 du guide.

Pour le Directeur technique national Abraham Sagbohan, ce projet de  judo veut faire face au risque de la perte du sens et de l’unité du judo, au risque d’ignorance et de dérive. A minimiser aussi le risque de sclérose technique et théorique, en répondant à cette nécessité très actuelle, il a rappelé les objectifs et la méthode du judo, qui est de mettre en place des actions, un projet pour que le judo puisse continuer à s’épanouir pour les générations suivantes dans toutes ses dimensions. Eric Olafa, secrétaire général de la Fbj dira qu’il faut préserver l’équilibre dynamique du judo, en valoriser les aspects humanistes et culturels en harmonie avec la dimension sportive, en préserver également l’héritage technique et faire comprendre l’importance d’une pratique juste des fondamentaux de la pratique, comme les bases techniques et le randori.

M.M.

Source : Matin Libre

Laisser un commentaire