4 priorités du programme de coopération Belgique-Bénin 2023-2028

Le programme de coopération entre le Belgique et le Bénin 2023-2028 a été présenté, mercredi 31 mai, aux partenaires stratégiques et aux partenaires techniques et financiers à l’hôtel Golden Tulip le Diplomate Cotonou. La séance a été présidée par Eustache Hakpondé, Directeur Général Adjoint du Financement du Développement (DGFD) du ministère de l’Économie et des Finances et Martin Deroover, chef de la Coopération à l’Ambassade du Royaume de Belgique près le Bénin.

4 axes d’intervention avec un budget de 45 millions d’euros pour 5 ans. C’est le programme de coopération entre le Belgique et le Bénin 2023-2028 présenté aux partenaires ce mercredi. Il vise un développement humain durable au Bénin à travers le renforcement de la résilience des populations vulnérables et notamment des jeunes et des femmes. À en croire le Chef de la coopération à l’Ambassade de la Belgique au Bénin, Martin Deroover, les actions vont permettre l’amélioration de l’accès à des services socioéconomiques de base de qualité, la sécurité alimentaires et les emplois décents, inclusifs et durables.

« C’est dans un esprit de franche collaboration entre les cadres nationaux et des formulateurs belges que ce programme a été conçu pour répondre et accompagner les priorités du gouvernement dans les domaines d’intervention ciblées », a déclaré Eustache Hakpondé, Directeur Général Adjoint du Financement du Développement. Les axes d’intervention, poursuit-il, sont dans la continuité du programme en cours. Selon le Directeur général Adjoint du Financement du Développement, la séance permet aux acteurs de prendre connaissance du contenu du programme de coopération et de cerner davantage les différents axes d’intervention.

Au titre des spécificités du programme, Fabian Clement, le PortFolio developper, cite entre autres l’implication continue de la DGFD et des ministères techniques dans le processus de formulation ; la valorisation de l’expertise et des ressources nationales ; de fortes synergies d’action avec des interventions financées par des bailleurs (UE, LuxDev et AFD) ; des zones de concentration (sud-centre et nord) avec l’ouverture d’un bureau d’Enabel à Parakou.

Le nouveau programme de coopération entre le Bénin et la Belgique est axé sur les domaines tels que l’agriculture, la santé, la sécurité et le portuaire. À travers la priorité 1,( agriculture et systèmes alimentaires durables), « les acteurs publics et privés du secteur agricole, y compris les exploitations familiales, les jeunes et les femmes, opèrent une transition agroécologique (TA) vers des systèmes alimentaires durables (SAD) ». Les filières d’intervention sont le soja, le riz, le manioc, l’igname et l’anacarde.

La mise en œuvre de la priorité 2 (développement para portuaire durable par Enabel), permettra « de répondre aux ODD 5,8,12 et 13 en amenant les acteurs portuaires et le Port Autonome de Cotonou à améliorer le niveau de leurs ambitions, engagements et leurs performances en matière de viabilité environnementale et de promotion du travail décent ».

En ce qui concerne la priorité 3, (développement des services de santé et des Droits sexuels en santé reproductive DSSR), les actions qui seront menées au profit des femmes et jeunes afin qu’ils jouissent de leurs droits et d’une bonne santé sexuelle et reproductive.

Quant à la priorité 4 (sécurité et la police de proximité), il s’agira de renforcer la police républicaine afin de faire face aux défis et besoins sécuritaires et internes, et d’améliorer la cohésion sociale et la confiance avec la population.

A.A.A

Source : 24 Heures au Bénin

Laisser un commentaire